1 février 2017
Le ski de fond, une passion familiale pour les Duvernay-Tardif
Par: Denis Bélanger
Delphine aspire un jour à représenter le Canada en ski de fond aux Jeux olympiques.

Delphine aspire un jour à représenter le Canada en ski de fond aux Jeux olympiques.

Faisant maintenant de l’aviron, Marilou Tardif fait du ski de fond l’hiver, car c’est complémentaire dans son entraînement.

Faisant maintenant de l’aviron, Marilou Tardif fait du ski de fond l’hiver, car c’est complémentaire dans son entraînement.

Pour François Tardif, le sport était le meilleur moyen d’apporter un équilibre dans une vie remplie de travail. Plus le cerveau est oxygéné, moins il met de temps à assimiler une matière, selon le propriétaire de la boulangerie Le pain dans les voiles. C’est ainsi que depuis des décennies, il parcourt les sentiers du Québec en skis de fond, une discipline adoptée par tous les membres de la famille.

«J’ai commencé à faire du sport sur le tard. Les enfants suivaient, même si je ne les forçais pas à faire du ski de fond. C’est sûr que pour eux, ça impliquait l’aventure de prendre un chocolat chaud au bout de la montagne», confie François Tardif.

Ce dernier a commencé en 1984 à effectuer la Traversée des Laurentides, un parcours de plusieurs couchers de soleil et d’au moins une quarantaine de kilomètres par jour. Bien des années avant qu’il porte l’uniforme des Chiefs de Kansas City, son fils aîné Laurent Duvernay-Tardif a demandé à faire la traversée. Ses filles, Delphine et Marilou, ont voulu imiter leur frère.

«Ce n’était plus la même partie de plaisir avec les enfants. Là, je devenais accompagnateur. Je devais m’occuper de leur alimentation et du fartage. J’étais en arrière d’eux pour les coacher», se rappelle François.

Le ski de fond demeure aujourd’hui la passion familiale. Delphine a décidé d’en faire son sport de prédilection après s’être lassée de la gymnastique. À l’âge de 15 ans, elle a joint les rangs du Club de ski de fond Montériski basé à Saint-Bruno-de-Montarville.  

De son côté, Marilou pratique le ski de fond, un sport complémentaire à son   entraînement d’aviron. Elle pratiquait aussi auparavant la gymnastique, mais a dû trouver autre chose à la suite d’une blessure. Son choix s’est arrêté sur l’aviron à la recommandation de son frère.

Laurent n’a pas rangé non plus ses skis. Il a d’ailleurs participé aux derniers jours de la Traversée de la Gaspésie, qui s’est terminée dimanche à Montréal. La famille connaît d’ailleurs très bien la fondatrice de l’événement, Claudine Roy.

«Faire du sport en Gaspésie, qui est connue pour avoir une atmosphère extrêmement chaleureuse, ça crée des liens assez incroyables. J’étais jeune à l’époque quand je l’ai faite (la Traversée) et malgré ça, je sentais tellement que je faisais partie de la gang avec les adultes et à quel point c’était le fun. Tout le monde se traite d’égal à égal pour faire du sport d’hiver, ensemble», a confié le footballeur au journaliste.

 

 À lire également:

Les Duvernay-Tardif ont le vent dans les voiles

image