21 juin 2018
Le réseau de la santé a besoin de 500 employés supplémentaires
Par: Karine Guillet
À Saint-Hyacinthe, les candidats faisaient déjà la file à 10h pour rencontrer la cinquantaine d’employés déployés pour l’occasion. Photo: Karine Guillet

À Saint-Hyacinthe, les candidats faisaient déjà la file à 10h pour rencontrer la cinquantaine d’employés déployés pour l’occasion. Photo: Karine Guillet

Pour s’ajuster aux besoins croissants, le Centre intégré de santé et de services sociaux Montérégie-Est (CISSME) veut recruter 500 personnes d’ici la fin du mois. Il a lancé une opération charme sans précédent, la semaine dernière, et déjà 98 personnes sont reparties avec un badge d’employé.

Le CISSSME tient chaque année des journées carrières, où il invite des candidats potentiels à découvrir les différentes professions du domaine de la santé. Cette année, l’organisation a décidé d’accélérer le processus. Au terme de cette journée, les candidats pouvaient déjà repartir avec une offre d’embauche. «Ce qui nous prend habituellement deux semaines, nous le faisons [cette année] en une seule journée», résume Vicky Lavoie, directrice des ressources humaines.
Le réseau de santé a augmenté la cadence cette année pour faire face aux développements de services prévus au sein de ses installations. Rappelons que les urgences des hôpitaux Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe et Pierre-Boucher de Longueuil seront agrandies; deux projets totalisant ensemble 214 M$.
Le CISSSME a d’ailleurs embauché au moins 1000 candidats au cours des cinq derniers mois, dont 750 étudiants pour combler les vacances du personnel régulier en saison estivale. Il espérait recruter de nouveaux candidats pour ne pas se retrouver en maque de personnel à l’automne. Environ 13 000 employés travaillent présentement pour le CISSSME.

500 employés de plus
Le réseau de santé espère d’ici la fin juin garnir ses rangs de 500 employés supplémentaires. En plus des 98 personnes embauchées lors des journées d’embauche la semaine dernière, l16 personnes ont aussi reçu une offre d’embauche conditionnelle à certains tests ou entrevues spécifiques, pour un total de 214 employés potentiel de plus.
Parmi les 500 emplois disponibles, Mme Lavoie confirme que l’organisation recherche surtout des infirmières, des infirmières auxiliaires et des préposés aux bénéficiaires. Du côté des métiers non spécialisés, il manquait au CISSSME des buandiers et des préposés à l’entretien ménager.
Le réseau de santé recherchait aussi particulièrement des aides de service, un poste créé pour pallier la pénurie de préposés aux bénéficiaires. «Comme on manque de préposés aux bénéficiaires, on leur a amené de l’appui, explique Mme Lavoie. Les aides de service ne sont pas en mesure de faire toutes les tâches des préposés, mais ils sont capables d’aider à l’alimentation, de remplir les chariots ou de faire de la brancarderie (transport des usagers). Ils viennent soutenir nos préposés qui se dévouent aux tâches plus spécialisées.»

Journée courue
Au total, 662 visiteurs se sont présentés à l’une des journées d’embauche, à Saint-Hyacinthe et à Longueuil. D’autres candidats se sont également présentés un peu avant la fin des activités, pour lesquels le CISSSME doit encore passer un processus d’embauche.
Après avoir déposé leur CV, les candidats étaient invités à une entrevue de groupe pour une évaluation de dynamique en groupe. Sur place, le CISSSME réalisait également des entrevues individuelles, des tests médicaux et une vérification d’antécédents judiciaires. Les candidats qui passaient au travers de toutes les étapes pouvaient repartir avec un badge d’employé. n

image