22 août 2019
Saint-Denis-sur-Richelieu et Saint-Charles-sur-Richelieu
Le regroupement des services d’incendie recommandé
Par: Sarah-Eve Charland

Les municipalités souhaitent optimiser leur service de sécurité incendie. Photothèque Pascal Cournoyer | L’Œil Régional ©

Une étude du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec recommande le regroupement des services de sécurité incendie des municipalités de Saint-Charles-sur-Richelieu et de Saint-Denis-sur-Richelieu.

L’optimisation des services devrait être une priorité, conclut l’auteur de l’étude, Michel Richer multi-conseils en gestion incendie. Cette démarche avait pour objectif d’établir différents scénarios afin d’optimiser les opérations et la gestion des services de sécurité incendie. Elle a été réalisée par le ministère à la demande des deux municipalités le printemps dernier.

L’étude analysait plus précisément trois scénarios. On déconseille fortement de retenir le statu quo parce que les deux services de sécurité incendie présentent des lacunes. L’auteur de l’étude est favorable aux deux autres options et laisse aux municipalité l’opportunité de débattre des différents avantages de ces propositions.

L’un des deux autres scénarios consiste à un regroupement des deux services de sécurité incendie dans une seule organisation, mais seulement pour la partie de la gestion des services. En ce qui concerne les bâtiments, véhicules et équipements, la gestion demeure la responsabilité des municipalités.

Le dernier scénario propose le regroupement dans une seule organisation qui gérerait tout ce qui touche la gestion des services, l’administration, la prévention, l’inspection, les véhicules et équipements par le biais d’une régie ou entente de déclaration de compétence. Les bâtiments demeureraient la propriété des municipalités.

Quelques irrégularités

En réponse aux lacunes observées, le rapport énumère une quinzaine de recommandations à suivre. L’étude recommande entre autres d’uniformiser les services de sécurité incendie. Une harmonisation des conditions de travail de l’ensemble des organisations permettrait un mode unique et juste de ces conditions.

Le problème d’attraction et de rétention de main-d’œuvre a aussi été analysé. On y suggère de mettre en place une coordination régionale des programmes de formation ainsi que de mettre en place un calendrier d’entraînement annuel. L’utilisation des ressources des deux services au moment d’un appel d’urgence sur l’un des deux territoires permettrait aux pompiers d’être appelés plus souvent, ce qui augmenterait leur revenu personnel et d’acquérir de l’expertise.

Notamment, le financement diffère d’une municipalité à l’autre. En se fiant à la moyenne provinciale, le coût attribué à la sécurité incendie s’élève à environ 134 $ par habitant en 2017. Pour ce qui est de la moyenne des municipalités de 2000 à 9999 habitants, le coût se situe à 89 $ par habitant. Ces chiffres proviennent d’une compilation du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Saint-Denis-sur-Richelieu accorde un budget de 83 $ par habitant et Saint-Charles-sur-Richelieu planifie un budget de 129 $ par habitant. L’étude conclut donc qu’un des deux services est sous-financé.

L’esprit de clocher sur le partage des ressources est un handicap majeur pour un meilleur service à offrir à la population, relate également l’étude. Certaines personnes veulent maintenir leurs acquis, camions et équipements. Pourtant, l’auteur du document assure qu’une réflexion pour mieux répartir les équipements et planifier l’acquisition de nouveaux équipements ferait en sorte qu’aucun service ne perd rien. Chaque secteur doit avoir les équipements nécessaores afin de répondre aux besoins.

Les maires des deux municipalités n’ont pas été en mesure de rejoindre L’Œil Régional au moment de mettre sous presse.

image