24 octobre 2018
Le Québec doit agir contre les changements climatiques maintenant
Par: L'Oeil Régional

M. Simon Jolin-Barrette, député de Borduas,

Les électeurs de la circonscription de Borduas vous ont accordé de nouveau leur confiance le 1er octobre dernier, nous vous offrons nos félicitations. Votre gouvernement majoritaire aura les coudées franches durant les quatre prochaines années pour vous permettre d’atteindre vos objectifs et d’enligner le Québec dans la direction que vous estimez être la meilleure pour le développement du plein potentiel de notre région, de notre nation. Nous sommes confiants que vous exercerez cette responsabilité avec rigueur et efficacité, qualités qui vous honorent.

Les médias nous ont rapporté que votre gouvernement avait pris connaissance du rapport du réputé Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU (GIEC) déposé le 8 octobre dernier, et que vous comptiez «étudier attentivement ses conclusions». Ce rapport est catégorique: «Le monde devra engager des transformations “rapides” et “sans précédent”, s’il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C». On y prévoit notamment une menace d’emballement au-delà d’un réchauffement de 1,5 °C: vagues de chaleur, extinctions d’espèces, déstabilisation des calottes polaires, augmentation des catastrophes naturelles, famines, migrations de masse, montée des océans sur le long terme… Des centaines d’experts et de scientifiques s’entendent pour affirmer que les années à venir seront les plus déterminantes de notre histoire: et on ne parle pas des 100 prochaines années, mais bien des 10 à 15 prochaines années.
De mandat en mandat, nous ne pouvons collectivement nous payer le luxe de reporter à plus tard une modification profonde de notre rapport à la consommation d’énergies fossiles (principalement en transport) et nous devons ensemble affronter de front ce nouveau défi. Nous vous invitons à faire plus que simplement prendre acte du rapport, mais bien à devenir au sein de votre gouvernement un des députés par qui la lucidité et le courage politique adviendront. Des mesures simples peuvent avoir un impact concret et rapide pour accompagner les Québécois dans cette transition nécessaire: soutien au télétravail, amélioration du réseau de bornes électriques, baisse des tarifs et amélioration des circuits de transport en commun, soutien à l’autosuffisance des régions et aux circuits courts, mise en place d’une économie circulaire, etc. Au plan économique, les pertes causées par les catastrophes naturelles ont explosé de 151 % au cours des 20 dernières années. La facture engendrée par les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, les inondations, les ouragans et les autres catastrophes climatiques a atteint 2900 G$US. Vous conviendrez comme nous que l’économie et l’environnement vont de pair.
En tant que gouvernement de tous les Québécois, en tant que député de tous les citoyens de la circonscription de Borduas, nous vous demandons aujourd’hui d’assumer vos responsabilités avec lucidité et courage et de contribuer rapidement à faire du Québec un leader mondial au plan de la lutte contre la crise climatique. Nos attentes sont élevées. Les générations futures doivent se souvenir de ce mandat comme d’un jalon positif dans la survie de notre civilisation et de la biodiversité, et non comme quatre années irrémédiablement gaspillées. Évidemment de nombreux dossiers sont prioritaires dans un gouvernement: celui de la lutte aux changements climatiques doit impérativement être mis sur le dessus de la pile et se traduire rapidement par des mesures, des actions, des politiques concrètes. Vous pouvez compter sur notre pleine collaboration pour vous soutenir dans cette démarche, avec toute la force de nos convictions et notre capacité de mobilisation. […]
Rapport des experts climat de l’ONU: le Québec doit s’attaquer aux transports, disent des environnementalistes. Sara Champagne, La Presse, Édition du 9 octobre 2018
Les pertes causées par les catastrophes naturelles ont explosé depuis 20 ans, Associated Press, Le Devoir, Édition du 10 octobre 2018

Douce Labelle
Présidente, Mouvement Vallée-du-Richelieu en Transition

image