30 janvier 2019
Projet de la rue Saint-Georges
Le promoteur procède à la démolition
Par: Denis Bélanger

L’entrepreneur retenu par Odacité démolira cinq maisons de la rue Saint-Georges et une autre sur Sir-Wilfrid-Laurier. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Le promoteur immobilier Odacité a commencé lundi dernier les travaux de démolition des maisons de la rue Saint-Georges qu’il avait achetées pour un total de plus de 2 M$ l’an dernier afin d’y construire un important bâtiment mixte comprenant le Marché Pepin et 70 logements locatifs. Le président de l’entreprise, Steve Richard de Mont-Saint-Hilaire, en a fait lui-même l’annonce quelques jours avant le début des travaux.

Les quatre maisons situées sur le côté impair de la rue, le 201 Saint-Georges, ainsi que la maison située en arrière ayant son adresse sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, sont les bâtiments qui seront détruits. « Nous avons attendu jusqu’à très tard avant de donner le feu vert aux travaux en raison des prévisions météorologiques », a expliqué M. Richard.

Effectués par l’entreprise Excavation Yvon Benoit, les travaux de démolition devraient se terminer vers le 1er février 2019. L’opération ne nécessitera pas de fermeture de la rue. Les demandes du permis de démolition ont été déposées à la Ville de Mont-Saint-Hilaire en octobre et le permis a été délivré le 15 janvier, soit le lendemain de l’adoption par une majorité d’élus du plan particulier d’urbanisme du centre-ville qui permettra la réalisation du projet d’Odacité.

Les responsables du chantier ont mis sur pied un plan d’action pour assurer la sécurité des lieux en raison de plusieurs actes de vandalisme commis dans les maisons inhabitées et des risques d’incendie élevés soulevés par les assureurs et des employés de la Ville.

La paix commerciale
Le projet de la rue Saint-Georges continue de susciter l’inquiétude de bien des citoyens de Mont-Saint-Hilaire. M. Richard a assuré qu’il prenait les mesures nécessaires pour assurer l’harmonie commerciale de la rue Saint-Georges. « Dans cette optique, nous souhaitons respecter la volonté des citoyens en intégrant au maximum des commerces locaux (style bar à vin, tapas, etc.). Tel que discuté dans l’ensemble des rencontres organisées depuis juin avec Nelly Vidal de L’Eau Vive et François Tardif du Pain dans les Voiles, notre position est toujours la même, soit de maintenir l’équilibre commercial sur la rue Saint-Georges. Nous devons les rencontrer bientôt. »

Le promoteur a aussi voulu souligner la bonne volonté de son partenaire principal dans cette affaire, l’épicerie IGA, qui devrait quitter son local actuel de la 116 qu’elle occupait depuis 1979 pour aller s’installer sur Saint-Georges. « Bernard Pepin, propriétaire des Marchés Pepin (marché alimentaire établi dans la région depuis 75 ans) avec ses deux filles Cynthia et Annie, a affirmé qu’il est fier de collaborer dans ce projet d’avenir proposé par Odacité en offrant un marché unique, complètement neuf aux citoyens du secteur. De plus, en tant que bon citoyen corporatif, il souhaite conserver une synergie commerciale entre les diverses parties prenantes », a souligné M. Richard par voie de communiqué.

image