26 juin 2019
Rue Saint-Georges
Le promoteur modifie son projet pour accélérer la construction
Par: Denis Bélanger

Steve Richard Photothèque | L’Œil Régional

Le promoteur immobilier Odacité a modifié son projet de développement mixte de la rue Saint-Georges à Mont-Saint-Hilaire pour le rendre conforme au règlement de zonage en vigueur au lieu des dispositions relatives du plan particulier d’urbanisme (PPU) du centre-ville. L’entreprise agit ainsi pour entamer prochainement la construction et éviter des obstacles de nature judiciaire.

Les amendements au projet touchent principalement la hauteur des bâtiments qui sera ramenée à 15,9 m au lieu de 16,9 m. La structure du bâtiment est aussi modifiée afin de passer de l’acier au béton. Des dérogations mineures sont toutefois nécessaires pour certaines marges. Au moment de mettre sous presse, le projet devait être soumis au comité consultatif d’urbanisme (CCU).

Rappelons que le projet de l’entreprise présidée par l’Hilairemontais Steve Richard s’articule autour du déménagement du IGA Pepin, dont le bail à son présent local sur la 116 prend fin dans quelques mois. Pour permettre la réalisation du projet, le conseil municipal a adopté un PPU pour le secteur du centre-ville. Cependant, son adoption a rencontré quelques embuches.

À la suite d’un nombre suffisant de demandes de citoyens, la Commission municipale du Québec s’est penchée sur la conformité du règlement de zonage. Le juge administratif a statué que le règlement est non conforme, car l’usage du commerce local n’était pas autorisé. Les élus de Mont-Saint-Hilaire ont d’ailleurs adopté un nouveau règlement à cet effet seulement le 17 juin en séance extraordinaire du conseil municipal.
M. Richard a aussi dû modifier sa stratégie en raison d’une poursuite civile intentée par Marché Metro de Mont-Saint-Hilaire, qui demande l’invalidation du PPU et tous les règlements s’y rattachant. La poursuivante demande aussi une injonction pour suspendre temporairement toute demande de permis le temps que la poursuite soit entendue en cour. L’injonction doit être débattue en cour le 28 juin prochain au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

« Nous demeurons convaincus de la solidité et du caractère innovant de notre projet immobilier mixte. Notre objectif a toujours été d’établir un dialogue citoyen et d’entendre les commentaires afin d’améliorer le projet. Aussi, devant des délais administratifs et de possibles recours judiciaires d’opposants ayant des intérêts commerciaux contraires au projet, il devenait évident que nous devions modifier notre approche afin d’éviter ce type d’obstacles. C’était la chose responsable à faire », a déclaré M. Steve Richard. 

 

La directrice des opérations des Marchés Pepin, Annie Pepin, a salué l’ouverture et la flexibilité d’Odacité. « Nous sommes attachés à Mont-Saint-Hilaire et nous devons trouver une solution pour notre déménagement compte tenu de la fin de notre bail. Nous voulons éviter une longue fermeture temporaire qui mettrait à risque nos 150 employés. »

Transaction et contingentement
Dans la foulée des inquiétudes et interrogations suscitées par le projet d’Odacité, la Municipalité modifiera son zonage pour contingenter les épiceries ayant une superficie de plancher de plus de 1858 mètres carrés sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. Ce même règlement empêchera toute épicerie ou boulangerie de s’installer en façade à moins de 200 mètres d’un commerce de cette nature déjà existant sur Saint-Georges. L’avis de motion à cet effet a été donné également lors de la séance du 17 juin.

Les élus ont profité de la séance extraordinaire pour approuver la vente et l’achat de terrain avec Odacité dans le secteur du centre-ville. La Ville a vendu plusieurs lots totalisant 2761,3 mètres carrés au montant global de 683 615,03 $. Elle a de plus acquis d’autres terrains totalisants 501,7 mètres carrés au montant de 142 805,66 $.

image