16 janvier 2017
Le programme PAIR implanté dans les municipalités rurales
Par: Denis Bélanger
À l’arrière, Simon Jolin-Barrette, Jean Murray, Marc Lavigne et Denis Campeau. À l’avant, Ginette Thibault et Louise-Anne Ste-Marie.

À l’arrière, Simon Jolin-Barrette, Jean Murray, Marc Lavigne et Denis Campeau. À l’avant, Ginette Thibault et Louise-Anne Ste-Marie.

AÎNÉS. Ayant pour objectif d’assurer une certaine sécurité aux aînés et aux personnes malades, le programme PAIR sera implanté dans les municipalités de Saint-Antoine, Saint-Charles, Saint-Denis et Saint-Marc-sur-Richelieu.

Le programme PAIR consiste à mettre en place un service quotidien de surveillance personnalisée à l’aide d’un logiciel de surveillance spécialisé d’appels téléphoniques automatisés. C’est le  Centre d’action bénévole de Saint-Hyacinthe qui veille à la bonne marche du service

C’est l’appel d’un citoyen de Saint-Charles qui a sensibilisé les décideurs de la région. Saisi de la demande, le député caquiste de Borduas Simon Jolin-Barrette a aussi travaillé sur le dossier. «Avec la collaboration des municipalités et du Centre d’action bénévole de St-Hyacinthe, nous avons coordonné les choses pour remédier à cette situation. Le tout aura été réglé en moins de trois mois», a dit M. Jolin-Barrette, lundi, en conférence de presse.   

Parce que la cause des aînés et des malades lui tient à coeur et parce que le programme PAIR constitue une présence rassurante pour les participants comme pour leurs proches, le député a en outre décidé de fournir une aide financière aux quatre municipalités. «Je tiens à soutenir les municipalités dans la mise en place du programme», indique-t-il. Cette aide prendra la forme d’une subvention pour l’ouverture des dossiers dans chaque municipalité.

M. Jolin-Barrette se dit également soulagé de savoir que le programme est maintenant offert aux populations des quatre municipalités. «Les gens qui résident dans ces territoires ont fait le choix de s’y installer. Ils veulent continuer à habiter leur maison sans que leur famille ne soit inquiète. C’est donc important de leur fournir les outils en ce sens.»

image