2 octobre 2018
Le PQ reprendra Borduas la prochaine fois, dit Cédric G.-Ducharme
Par: Denis Bélanger

Cédric G.-Ducharme. Photo: Yann Canno

Deuxième au fil d’arrivée dans Borduas, le candidat péquiste Cédric Gagnon-Ducharme gardait la tête haute lundi, s’estimant fier de sa campagne des dernières semaines. En dépit des résultats à l’échelle nationale, l’Hilairemontais d’origine conserve sa foi envers le projet d’indépendance et le Parti québécois.

«Nous avons mené une campagne fière et debout. On a démontré le besoin d’avoir un candidat qui se présente pour les citoyens, les fait rêver et proposer des solutions aux enjeux des gens dans leur quotidien, ce que le candidat de la Coalition avenir Québec n’a pas démontré dans son dernier mandat», a-t-il lancé quelques minutes après s’être adressé aux militants souverainistes réunis au Manoir Rouville-Campbell pour la soirée électorale. «Je n’ai ni regrets ni remords. Nous avons mené une campagne A+. En termes politiques, on ne m’a fait aucun reproche.»

L’avocat de métier estime que sa défaite et celle de son parti dans l’ensemble de la province, qui a moins de députés que Québec solidaire, est attribuable au désir de changement de gouvernement des électeurs. «Les Québécois ont envoyé un message clair, soit qu’ils voulaient se débarrasser des libéraux au pouvoir depuis trop longtemps. Il n’y avait rien à faire, a-t-il poursuivi. La question de Jean-François Lisée au débat des chefs sur la gouvernance de Québec solidaire n’a rien à voir avec le résultat. Et il ne faut surtout pas l’interpréter comme étant un vote contre la souveraineté.»

Cédric G.-Ducharme demeure convaincu que le PQ est le vaisseau amiral pour mener le Québec à l’indépendance. Il reconnaît que ce véhicule doit changer et entamer une profonde réflexion. Ce n’est pas le temps, selon lui, de se précipiter dans une course à la chefferie et d’être à la recherche d’un nouveau héros.

D’ici les prochaines élections
L’indépendantiste reprendra son travail d’avocat à Montréal, où il élira à nouveau domicile, question d’éviter les bouchons de circulation. Mais il entend militer activement au sein du PQ et être présent sur le terrain dans Borduas. «Ma famille, mes amis, ma vie sont ici. Est-ce que je serais de nouveau candidat dans quatre ans? Ce sera aux militants de Borduas d’en décider.»

Bien qu’il ait lancé quelques flèches à son principal adversaire caquiste dans cette campagne, Cédric G.-Ducharme a félicité Simon Jolin-Barrette pour sa réélection. «Je tiens aussi à féliciter tous les autres candidats qui ont mené une campagne active sur le terrain.»

La proportionnelle
Cédric G.-Ducharme suivra avec attention les agissements de la CAQ dans le dossier promis de la réforme de scrutin. «L’instauration d’un nouveau mode de scrutin est un dossier monté de toutes pièces, réfléchi et travaillé d’arrache-pied par Jean-Pierre Charbonneau (député de Borduas de 1994 à 2006). Il a même été mis de côté par le PQ, parce qu’il préconisait la proportionnelle.»

image