21 novembre 2019
Parution du livre Le questionnaire de Proust-Baillargeon
Le philosophe Normand Baillargeon a sondé 50 personnalités publiques
Par: Vincent Guilbault
Normand Baillargeon.
Photo gracieuseté

Normand Baillargeon. Photo gracieuseté

Quel est votre principal trait de caractère; quel défaut vous a le plus servi; quel serait votre plus grand malheur; qu’est-ce que peu de gens savent sur vous?

Ces questions, tirées du populaire « questionnaire de Proust », ont été reprises et adaptées par le philosophe et figure médiatiques Normand Baillargeon dans le cadre de son dernier livre, Le questionnaire de Proust-Baillargeon. Publié chez Flammarion, le livre propose une rencontre avec une cinquantaine de personnalités publiques du Québec comme Guy A. Lepage, Françoise David, Manon Massé, Alain Vadeboncoeur, Patrick Lagacé, Monia Chokri ou Patrick Senécal, qui ont tous accepté de remplir le fameux questionnaire de 32 questions.
« Ça fait très longtemps que j’avais envie de faire ce livre, explique le philosophe de Saint-Antoine-sur-Richelieu. J’ai toujours trouvé le questionnaire amusant, et je ne suis pas le seul, car au fils des ans, il est devenu très célèbre. » Il cite en exemple Bernard Pivot, à la barre de l’émission Bouillon de culture, qui s’inspirait aussi du questionnaire dans ses entrevues.
Le questionnaire de Proust découle du jeu des confessions, qui se pratiquait au 19e siècle, en Grande-Bretagne, explique l’auteur. Le test permet de dévoiler une partie de sa personnalité en répondant à une série de questions. L’exercice est devenu populaire grâce aux réponses de Marcel Proust, qui a répondu au questionnaire à l’âge de 13 ans, puis à 19 ans.

En apprendre sur soi et sur les autres
En répondant aux questions du test (disponible à la fin du livre, mais aussi sur le site de Flammarion), on apprend sur soi. Mais en lisant, on apprend à découvrir les réponses de gens connus, qui peuvent parfois être très étonnantes. «  On y trouve parfois des réponses pleines d’esprit. Des gens peuvent nous surprendre, nous étonner. »
L’auteur a réussi à poser ses questions à des figures publiques de différents milieux pour avoir une certaine représentativité et aussi une parité homme-femme. Convaincre les gens à participer n’a pas été très compliqué, admet le philosophe. « Les gens étaient en général plutôt contents. C’est un exercice ludique sans prétention d’être un coup de sonde scientifique dans la communauté québécoise d’aujourd’hui. » Il invite d’ailleurs les lecteurs à faire passer le test à leurs enfants, ou de le passer soi-même à différents moments d’une vie.
Parmi toutes les réponses reçues, l’auteur se dit honoré par celles de Michel Tremblay et touché que l’artiste et militant initiateur du Pacte Dominic Champagne ait pris le temps de répondre malgré un horaire chargé. Ses réponses sont d’ailleurs teintées par sa dernière année (à la question ce que je déteste par-dessus tout : «  l’indifférence et notre difficulté à nous rallier »).
Et s’il pouvait rêver grand, Normand Baillargeon aimerait bien lire les réponses de grands comme Noam Chomsky, le célèbre linguiste, ou encore des politiciens comme Macron, Trump ou Poutine. Et pourquoi pas François Legault!
Le lien pour télécharger le questionnaire est disponible sur le site web de Flammarion Québec.

Normand Baillargeon vient aussi de faire publier chez Lemeac le collectif Que sait la littérature, qu’il codirige avec Kateri Lemmens. Philosophe, M. Baillargeon se prononce régulièrement sur les questions de l’éducation, notamment dans sa chronique publiée dans Le Devoir.

image