13 mars 2019
Mont-Saint-Hilaire
Le nouveau DG en fonction la semaine prochaine
Par: Denis Bélanger

Daniel-Éric St-Onge, le nouveau directeur général de Mont-Saint-Hilaire. Photo gracieuseté Yann Canno

Daniel-Éric St-Onge succèdera à Daniel Desroches à la direction générale de Mont-Saint-Hilaire. Il entrera en poste le 18 mars. M. St-Onge possède une quinzaine d’années d’expérience dans le monde municipal. Son embauche a été entérinée par les élus lors de la séance du conseil municipal du 4 mars.

Lui-même résident de Mont-Saint-Hilaire, Daniel-Éric St-Onge occupait depuis 2008 les fonctions de DG pour la municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford, dans la région de Granby. Auparavant, il a travaillé à Noyan. « Je suis très heureux de confier les fonctions à M. St-Onge qui a démontré un leadership remarquable et qui se démarque par l’importance qu’il accorde à la qualité des services offerts aux citoyens. C’est un homme rassembleur qui possède une bonne connaissance de nos projets et de nos enjeux. Il a toute la confiance du conseil municipal et je tiens à lui souhaiter la meilleure des chances dans cette nouvelle aventure », a déclaré le maire Yves Corriveau.

Âgé de 40 ans, M. St-Onge est arrivé dans le domaine municipal par un concours de circonstances. « J’avais une formation de policier dans la GRC. J’ai commencé dans le domaine comme inspecteur municipal pour aider quelqu’un qui avait besoin d’un coup de main. Finalement, je n’en suis jamais ressorti, ayant pris la piqûre, raconte le fonctionnaire. J’étais très heureux à Saint-Paul, je ne me cherchais pas d’emploi. J’avais déjà refusé des ouvertures par le passé. Mais quand le poste s’est ouvert à Mont-Saint-Hilaire, plusieurs m’ont encouragé à [postuler] et j’ai décidé de me lancer. »

Plusieurs dossiers
M. St-Onge arrivera dans un décor politique bien différent à Mont-Saint-Hilaire, alors que le parti au pouvoir Avenir Hilairemontais détient six des sept sièges au conseil. À Saint-Paul d’Abbotsford, il est habitué d’avoir des électrons libres et des opinions politiques divergentes. Le directeur général s’était même retrouvé dans une certaine tourmente en 2016 à la suite de la démission du maire. La tempête a fini par se calmer et le nouveau conseil avait réitéré sa confiance envers son gestionnaire.

Daniel-Éric St-Onge a déjà une idée de certains gros dossiers qui l’attendent, dont ceux de la zone A-16, le développement du centre-ville et de la rue Saint-Georges ainsi que l’aire TOD 2 située notamment sur le site de l’ancien camping Laurier. « Je suis un généraliste. En ayant travaillé dans une petite municipalité, je vais pouvoir comprendre de quoi on parle dans l’ensemble des départements. »

Le nouveau directeur général aura également le mandat de pourvoir le poste de directeur de l’aménagement du territoire et de l’environnement, laissé vacant par la fin d’emploi de Bernard Morel, et dont l’intérim est assumé par Christian Charron. « Je suis content que la Ville ait décidé d’attendre que le DG arrive avant de faire cette embauche. J’ai bien hâte aussi de discuter avec l’intérimaire afin de voir sa vision des choses, poursuit-il sur la même lancée. Dans ma vision du service au citoyen, je veux notamment cultiver la bienveillance. Je veux avoir à l’urbanisme une personne qui témoignera d’un message important à la population, qui démontra de la rigueur et donnera un sentiment d’accompagnement aux citoyens. C’est l’importance d’avoir un service client-citoyen et non pas un service payeur de taxes-citoyen. »

Rappelons que Mont-Saint-Hilaire s’est retrouvée dans l’obligation de se trouver un nouveau directeur général après que Daniel Desroches, en poste depuis l’été 2015, ait décidé de prendre sa retraite à la fin de l’année 2018. Le responsable du service des loisirs, Pierre Bergeron, assure depuis l’intérim. M. St-Onge touchera en 2019 un salaire annuel de 125 000 $. M. Desroches, qui revendiquait beaucoup plus d’années d’expérience, avait une rémunération de près de 155 000 $.

image