5 mai 2021
Exposition de Jérémie Boudreault du MBAMSH
Le miroir agité… et d’actualité
Par: Olivier Dénommée
L’artiste hilairemontaise Jérémie Boudreault. Photos François Larivière | L’Œil Régional ©

L’artiste hilairemontaise Jérémie Boudreault. Photos François Larivière | L’Œil Régional ©

Au cœur de l’exposition se trouvent trois tableaux forts, dont un mettant de l’avant un tardigrade surdimensionné, entouré des « reines décapitées », les qualités humaines qui tendent à disparaître selon l’artiste.

Au cœur de l’exposition se trouvent trois tableaux forts, dont un mettant de l’avant un tardigrade surdimensionné, entouré des « reines décapitées », les qualités humaines qui tendent à disparaître selon l’artiste.

Quand le Musée des beaux-arts de Mont- Saint-Hilaire (MBAMSH) a invité l’artiste multidisciplinaire hilairemontaise Jérémie Boudreault à créer une exposition dans le cadre du 25e anniversaire de l’institution, on était loin de se douter que l’exposition Le miroir agité serait repoussée de plus d’une année… ni qu’elle soit autant d’actualité au moment d’être enfin présentée.

Publicité
Activer le son

L’Œil Régional avait d’ailleurs rencontré l’artiste en mars 2020, tout juste avant que le couperet tombe une première fois sur les salles d’exposition. Cette fois, du 2 mai au 11 juillet, c’est enfin la bonne. Le miroir agité est une exposition immersive et ludique comportant trois « tableaux », traitant de sujets tels que les changements climatiques, les migrations massives, l’importance du tardigrade et les qualités humaines qui se perdent depuis quelques années.

« Déjà, je trouvais que les qualités humaines se sont dégradées, mais c’est plus que vrai depuis un an… Les gens ont la mèche courte! », soutient l’artiste qui a représenté en peinture ses six « reines décapitées », la gentillesse, l’intuition, la persévérance, la spontanéité, la patience et la délicatesse, et qui a créé un petit sanctuaire où on garde espoir que ces qualités reviennent à la vie. Au centre de ces qualités invisibles se trouve un gigantesque tardigrade, cet animal pourtant microscopique et méconnu qui peut survivre à des conditions extrêmes.

Catastrophe
Les changements climatiques sont aussi au cœur de l’exposition avec, d’un côté, des manchots empereurs qui fuient sur un échiquier et, de l’autre, une banquise qui fond avec un orage au-dessus. Les visiteurs sont même invités à marcher sur la banquise après avoir enlevé leurs chaussures. À noter que des sons de glace qui craquent sont omniprésents dans l’exposition, ajoutant au malaise que souhaitait créer Jérémie Boudreault. « La question que je viens poser, c’est : la catastrophe peut-elle être évitée? Je veux susciter une émotion et toucher les gens à travers cette création. »
Jérémie Boudreault souhaite voir son exposition voyager à la fin de son passage au Musée des beaux-arts, mais avoue être déjà bien avancée dans la création d’une autre exposition qu’elle compte présenter dès l’an prochain si possible.

« Cette exposition est parfaite pour la pandémie et je sais que ça a été difficile dans la dernière année. J’invite les gens à sortir de leur quotidien et découvrir ce monde théâtral, intime, poétique et surréel que j’ai créé », affirme Jérémie Boudreault. Elle sera d’ailleurs disponible dans le cadre des Mercredis culturels au MBAMSH pour offrir une visite guidée à ceux qui le souhaiteront. Les personnes intéressées à découvrir Le miroir agité d’ici le 11 juillet sont invitées à réserver leur place auprès du musée au 450 536-3033 ou au reception@mbamsh.com.

image