28 juin 2018
Le milieu communautaire dévoile son plan d’action
Par: Denis Bélanger

Mélodie Georget, Marie-Ève Lépine, Karine Beauvais-Faulkner et Hélène Roberge. Photo: François Larivière

Le Regroupement pour le développement social de la Vallée (RDSV) a déposé la semaine dernière son nouveau plan de développement 2018-2023 qui propose notamment de travailler pour favoriser un meilleur accès au logement et au transport à la communauté.

Le plan est le résultat d’un travail de collectif d’information et de priorisation des enjeux entamés depuis la création du RDSV en 2014 avec plusieurs partenaires du milieu. Selon le RDSV, cette nouvelle planification permettra de mettre à profit l’expertise de toutes les personnes représentantes au Regroupement afin d’améliorer le bien-être de chaque individu de la communauté.

Les actions du RDSV s’articuleront autour de cinq grands axes d’intervention, soit renforcer et consolider la participation communautaire et citoyenne; un accès plus grand à des services et besoins essentiels; favoriser l’obtention d’un diplôme et la recherche d’emploi; s’assurer l’accès à une alimentation saine et la promotion de meilleures habitudes de vies; le vivre ensemble qui vise la cohésion sociale et la lutte aux inégalités. Rappelons que cette organisation compte depuis 2016 un employé et 19 représentants issus de divers milieux. Le RDSV compte plusieurs réalisations à son actif dont la mise en place d’un comité de logement social et la création d’Info SVP, un répertoire web des ressources communautaires.

Deux projets pouratteindre les objectifs
Le RDSV a profité de la tribune pour présenter deux projets lancés par la communauté qui cadrent directement avec le nouveau plan de développement. Le premier est un projet de transport scolaire pour les étudiants de moins de 25 ans du secteur post-secondaire des municipalités rurales de Saint-Mathieu-de-Belœil et de Saint-Jean-Baptiste. Les jeunes concernés pourront embarquer dans leur village dans un autobus scolaire, si des places sont disponibles, afin de se rendre vers les principaux axes routiers où ils pourront prendre le transport en commun pour se rendre au cégep.

«C’est un projet pilote; on évaluera par la suite de quelle manière on pourra le reproduire ailleurs dans le secteur», a commenté la présidente de la Commission scolaire des Patriotes, Hélène Roberge.

Nourri par la communauté
Le second projet est Les Incroyables Comestibles, lancé par la Table de solidarité alimentaire de la Vallée. Ce projet, qui enest à sa deuxième année, vise à accroître la consommation d’aliments frais et sains. Des fruits et légumes coproduits par les municipalités et des citoyens-jardiniers seront offerts notamment par l’intermédiaire de plates-bandes comestibles. Il y aura aussi des points de chute où les citoyens seront invités à y déposer leurs surplus de potagers. «Il y a une augmentation inquiétante des demandes d’aide alimentaire dans la vallée. De 2011 à 2014, on a noté une hausse de 30,52 % des ménages qui ont fait une demande d’aide. Ce ne sont pas que des gens sans emploi. Quand on a recours au dépannage alimentaire, il est difficile d’avoir accès à des aliments qui sont frais», a rapporté Marie-Ève Lépine, du Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs de Saint-Bruno-de-Montarville.

image