8 août 2018
Centre-ville de Mont-Saint-Hilaire
Le maire confirme la venue du IGA
Par: Denis Bélanger

Le centre commercial de Mont-Saint-Hilaire situé sur la 116 qui abrite le Marché Pepin depuis 1979.

Steve Richard, le président d’Odacité. Photo: Archives

Le marché d’alimentation IGA Pepin de Mont-Saint-Hilaire changera d’adresse pour s’installer sur la rue Saint-Georges dans le cadre du projet d’aménagement du centre-ville, a confirmé le maire Yves Corriveau lundi lors de la séance du conseil municipal. La nouvelle n’a toutefois pas fait le bonheur de la majorité des citoyens présents dans la salle.

L’épicerie déménagera plus précisément dans le développement immobilier mixte, comprenant du commercial et du résidentiel, du promoteur Odacité. Le président de l’entreprise, l’Hilairemontais Steve Richard, présentera son projet le 12 septembre aux citoyens au Pavillon Jordi-Bonet. M. Richard n’a toutefois pas été aussi catégorique que le maire, indiquant que le projet n’était pas encore ficelé à 100 %. «Les discussions et le dossier vont bien avec IGA. Il y a des plans qui ont été déposés. Mais le tout n’a pas encore été signé, ajoute-t-il. Des ajustements ont été faits pour le projet depuis sa présentation initiale et nous avons tenu compte des préoccupations des citoyens.» L’Œil Régional a tenté d’obtenir des commentaires des Marchés Pepin, mais la directrice des opérations de l’entreprise familiale, Annie Pepin, n’a pas été en mesure de rappeler le journaliste au moment de mettre sous presse.

Pour sa part, Yves Corriveau, interviewé au lendemain de l’assemblée publique, a précisé que dans son esprit ce dossier était réglé. «Nous sommes dans un processus d’acceptation à la Ville. Des plans ont été déposés et des modifications ont été apportées. Des études ont été réalisées et des sommes ont été dépensées. Je ne vois pas pourquoi le projet ne se ferait pas.»

Le projet risque de faire couler beaucoup d’encre. Lundi, plusieurs citoyens ont partagé leurs craintes quant au projet. Certains ont peur que la hauteur du bâtiment cache la montagne. Un autre a même avancé que le projet contrevenait au Plan d’urbanisme durable, affirmation niée par les élus. Le maire Yves Corriveau a répété plusieurs fois que les craintes seraient dissipées lors de la présentation du projet.

Un projet plus vite que prévu
Quand la municipalité avait présenté son plan de développement d’urbanisme durable en février 2017, elle avait parlé du réaménagement de la rue Saint-Georges pour la connecter avec la rue du Centre-Civique. Mais on entrevoyait que cela ne se réalise que dans une quinzaine d’années. L’hiver suivant, Odacité a cependant commencé à faire des démarches pour acheter des résidences sur les rues Saint-Georges et Forest pour finalement s’entendre avec les propriétaires au cours du printemps.

M. Richard avait confirmé au journal la possibilité de la venue du IGA peu avant la première rencontre de consultation pour l’élaboration d’un plan particulier d’urbanisme pour le centre-ville. Des participants avaient alors mentionné qu’ils ne voulaient pas de grandes surfaces dans le secteur.

Rappelons que le IGA de Mont-Saint-Hilaire devait se donner une cure de rajeunissement: les options étaient de rénover le local actuel ou d’élire domicile dans un nouveau bâtiment. Le centre commercial de Mont-Saint-Hilaire situé sur la 116 qui abrite le Marché Pepin depuis 1979 a été vendu à l’automne 2017 à la société de portefeuille spécialisée en immobilier, CP Reit PPL Québec Developments, rattachée au géant de l’alimentation Loblaws/Provigo. La transaction s’était élevée à 15 M$. Les Marchés Pepin étaient aussi dans les rangs pour acheter l’édifice.

image