30 novembre 2017
Le «je-m’en-foutisme» citoyen
Par: L'Oeil Régional

Faute d’opposition, 528 sur 1100 municipalités reportaient leur conseil municipal au pouvoir. Avec le suffrage universel, la population était décisionnelle de son choix à la mairie. Les publicités percutantes du Directeur général des élections du Québec n’ont pas eu l’impact souhaité sur le «je-m’en-foutisme» citoyen.

En 2017, encore quatre candidatures à la mairie, l’absence d’un débat public organisé par l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire à l’exemple de 2013, est questionnable. Les partis en lice ainsi que les indépendants auraient pu s’expliquer sur leurs programmes respectifs pour un vote plus éclairé. Pourtant, plusieurs enjeux étaient sur la table et non les moindres.
Une offre de services se démarquait, indépendante, expérimentée et compétente en gouvernance municipale, impliquée dans sa communauté et reconnue pour son intégrité. La candidature n’a pas été retenue, et ce, après trois tentatives.
Les 6796 votes sur 14 361 électeurs inscrits affichaient un taux de participation identique à 2013 soit 46,3%. Quel aurait été le résultat électoral si les 7565 autres électeurs inscrits avaient accompli leur devoir démocratique? Encore une fois, le «je-m’en-foutisme» citoyen avec 53,7% d’absentéisme aux urnes endossait le choix de la minorité dont le verdict électoral était sans appel.
Malgré quatre années de controverses, la réélection du maire sortant lui assure son principal gagne-pain et les pleins pouvoirs avec la majorité au conseil municipal. Quels seront les suivis sur la protection de la montagne, la densification urbaine, le pourcentage d’endettement, l’application de la loi 122 et l’implication régionale de notre municipalité?
Après une campagne électorale d’un rare cynisme, pourquoi poursuivre l’acharnement thérapeutique auprès de sa municipalité? Eh oui, le «je-m’en-foutisme» citoyen en décourage plus d’un. Les candidats défaits ne se représentent plus et parmi les élus, plusieurs ne renouvellent pas leur mandat. Cependant, l’expérience et les compétences en gouvernance municipale sont disponibles pour servir ailleurs et autrement.
Sincères remerciements à mes bénévoles pour leur soutien logistique sans faille ainsi qu’aux «1031 personnes votantes» pour leur confiance indéfectible.

Denise Loiselle, Mont-Saint-Hilaire

image