10 juillet 2019
Le fonds d’investissement Cominar vend ses actifs pour 32,6 M$
Par: Denis Bélanger

Metro est maintenant propriétaire de son local à Mont-Saint-Hilaire. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Ces centres commerciaux appartiennent désormais à BTB Mont-Saint-Hilaire. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Ce local appartient toujours à Cominar pour l'instant. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le fonds d’investissement Cominar a vendu récemment à coup de millions la majorité de ses bâtiments commerciaux de Mont-Saint-Hilaire à des investisseurs de Montréal et Laval ainsi qu’à la famille Riendeau qui exploite les deux marchés Metro de la Vallée-du-Richelieu.

D’un côté, Cominar a vendu pour un montant global de 19,6 M$ quatre de ses propriétés situées sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier à BTB, un fonds d’investissement immobilier dont les parts se transigent à la bourse de Toronto. Le fonds a acquis plus précisément l’édifice du siège social de la firme de génie-conseil BBA (8,9 M$), le complexe commercial situé juste à côté (1,6 M$), le centre commercial contenant entre autres un buffet chinois et un salon de billard (5,1 M$) et l’édifice du Superclub Videotron (3,8 M$). Ce dernier avait été convoité à un certain moment par le promoteur Odacité Immobilier afin d’y déménager le Marché Pepin IGA avant de se tourner finalement vers la rue Saint-Georges pour le projet. La vente a été officialisée le 21 juin.

De l’autre côté, Cominar a vendu au montant de 13,7 M$ le centre commercial abritant entre autres le Marché Metro, le Familiprix, ainsi que les restaurants Presse Café, Piazzetta et Savoy Deli à la société Placements Beloeil. Cette dernière est présidée par Gaétan Riendeau, le patriarche de la famille d’épiciers. Avec cette transaction, les Riendeau opèrent maintenant une seule de leurs cinq épiceries dans un local où ils sont locataires, soit à Saint-Hubert aux Galeries Cousineau. Ils étaient déjà propriétaires de leur supermarché de Beloeil, Sainte-Julie et Saint-Hyacinthe. Rappelons que le Metro de Mont-Saint-Hilaire avait investi en 2017 plus de 4,2 M$ pour rénover et agrandir le magasin. L’acte notarié a été signé le 20 juin.

Une offre d’achat initiale supérieure
Le président et fondateur de BTB, Michel Leonard, rapporte que les négociations ont commencé à la fin 2018. Au départ, BTB avait fait une offre d’achat pour acheter tous les bâtiments de Cominar à Mont-Saint-Hilaire. Les propriétaires du Metro de Mont-Saint-Hilaire avaient toutefois un droit de premier refus pour ainsi se porter acquéreurs de leur propre stripe commerciale.

« Avec cette transaction, nous nous retrouvons avec des bons locataires, notamment avec BBA qui est un pilier local de générateur d’emploi et grand occupant. Ce dernier a grandement motivé notre achat, poursuit M. Leonard. Nous sommes en pleine croissance et nous avons d’ailleurs groupé ces acquisitions avec celle de Saint-Bruno. L’an passé nous avions équilibré notre portefeuille en faisant quelques ventes pour pouvoir acheter et mieux se positionner dans le marché. »

De gros revenus pour la Ville
Notons que la Ville de Mont-Saint-Hilaire percevra des droits de mutation de près de 1 M$, soit 583 532 $ pour les transactions de BTB et 402 513 $ pour l’achat fait par la famille Riendeau.
Le journal a tenté d’obtenir des commentaires de Cominar, mais aucun représentant n’a été en mesure de rappeler le journaliste au moment de mettre sous presse. Le fonds d’investissement avait acquis les propriétés de Mont-Saint-Hilaire en 2007 d’une compagnie à numéro administrée par les actionnaires de BBA. La famille Riendeau n’a également pas commenté la nouvelle.

Une propriété restante 
Possédant plusieurs autres propriétés commerciales au Québec, dont le Mail Montenach à Beloeil, Cominar ne détient maintenant comme actif à Mont-Saint-Hilaire que le bâtiment voisin du Metro situé sur le boulevard Honorius-Charbonneau qui logeait jusqu’à l’année dernière des employés de BBA. Ce bâtiment était inclus dans l’offre d’achat initiale de BTB. Mais une fois que le bâtiment de Metro lui glissait entre les mains, BTB a préféré exclure cet édifice de la vente étant donné qu’il est actuellement vide.

Évalué à 2,9 M$, cet édifice vide est également dans la mire de la municipalité afin d’y déménager l’hôtel de ville. Plusieurs scénarios sont toutefois sur la table pour l’avenir de l’hôtel de ville et du centre aquatique qui seront présentés aux citoyens. Les dernières nouvelles qu’avait la municipalité concernant la propriété étaient qu’une offre d’achat avait été déposée par une tierce partie. Selon le directeur général Daniel-Éric St-Onge, Cominar attendait une orientation de la Ville avant de prendre une décision.

image