15 novembre 2017
Bacs de dons
Le dossier toujours au neutre
Par: Karine Guillet
Les bacs à vêtement de Grands Frères Grandes Sœurs sont toujours présents au Mail Montenach et dans le stationnement du supermarché Maxi. Photo: Robert Gosselin

Les bacs à vêtement de Grands Frères Grandes Sœurs sont toujours présents au Mail Montenach et dans le stationnement du supermarché Maxi. Photo: Robert Gosselin

Trois ans après l’adoption d’un règlement encadrant la présence de bacs de dons de vêtements sur son territoire, la Ville de Belœil n’a toujours pas réglé le différend qui l’oppose à la Fondation Grands Frères Grandes Sœurs de Montréal.

La Fondation avait contesté les deux contraventions qu’elle avait reçues de la Ville après la mise en œuvre de ce règlement, rappelle la porte-parole de Belœil, Caroline Nguyen Minh. La Ville avait toutefois par la suite décidé de retirer ses contraventions.
Rappelons que la Ville avait modifié son règlement à l’automne 2014 afin que seuls les organismes qui ont un pied à terre à Belœil soient autorisés à avoir un conteneur de récupération des vêtements. Salué par les comptoirs de vêtements d’ici, le règlement avait toutefois été jugé discriminatoire par d’autres organismes de la région, qui bénéficiaient d’un soutien financier d’organismes de l’extérieur, mais qui collectait des vêtements ici.
Mme Nguyen Minh indique que la Ville souhaite d’abord discuter avec l’organisme afin d’éviter les tribunaux. La préoccupation de la Ville demeure la même: «On veut que ça desserve les organismes du territoire et qu’il y ait des retombées locales de ces dépôts de cloches là. C’est là l’enjeu de ce dossier», explique la porte-parole.
De son côté, le directeur général de la Fondation, Jean Laberge, indique qu’il attend l’appel de Belœil. Les relations sont encore très cordiales avec la Ville, malgré le désaccord sur le règlement. «On avait demandé à la Ville de s’asseoir avec eux. Quand ils seront prêts, on va s’asseoir avec eux», dit-il, souhaitant trouver un terrain d’entente.
La porte-parole de la Ville confirme qu’aucune rencontre n’a pour le moment été fixée avec la Fondation, mais elle soutient qu’il y a une volonté de régler le dossier dans un avenir rapproché. Elle rappelle que les dossiers municipaux ont été mis sur la glace en raison des élections.
Entre-temps, la réglementation continue de s’appliquer pour les organismes qui souhaiteraient implanter des bacs de dons sur le territoire. Dans le cas des cloches de Grands Frères et Grandes Sœurs, dans le stationnement du Maxi et du Mail Montenach, ce qui posait problème était que leur installation était antérieure à l’adoption du règlement. L’organisme est présent dans la région depuis 2002.

image