15 février 2018
Le développement industriel peut être terminé dans deux ans
Par: Karine Guillet

Le parc industriel de Belœil. photo d'archives

La zone industrielle de Belœil pourrait afficher complet d’ici 2020, selon la mairesse Diane Lavoie.

Il reste environ 1,8 M de pieds carrés disponibles dans le parc industriel de Belœil. La mairesse a toutefois laissé entendre que la Ville avait déjà dans sa mire des projets pour occuper l’espace restant. «Si tout ce qu’on a sur la planche à dessin vient à terme, on se retrouverait complet d’ici 2020», a-t-elle affirmé mardi, lors d’un diner-conférence présenté devant des gens d’affaires de la région.

La coordonatrice au développement d’affaires de Belœil, Nadine Viau, note que la ville ressent réellement un boom de développement depuis 2017. Cet engouement pour Belœil s’explique notamment la saturation des autres parcs industriels en banlieue de Montréal et par l’ouverture de l’autoroute 30 jusqu’aux États-Unis. Elle croit que Belœil est maintenant en bonne posture pour faire des choix plus stratégiques quant au type d’entreprise qu’elle souhaiterait accueillir.

Mme Viau confirme qu’il y a présentement des projets pour tous les terrains vacants, de même que pour d’autres terrains, déjà développés, qui pourraient avoir une nouvelle vocation.

Le développement économique se fait d’ailleurs ressentir aussi du côté commercial et résidentiel, note Mme Viau, alors que Belœil a dans sa mire des projets pour une valeur totale de 257 M$. «On sent que, économiquement, ça va beaucoup mieux. On voit des commerces qui s’installent au Mail Montenach. Il y eu une transition au niveau des habitudes de consommation, on le sent», note-t-elle, alors que dans les dernières années, les grandes chaînes étaient plus frileuses à venir s’installer à Beloeil.

Complexe d’affaires

Pour l’an prochain, la Ville planche sur l’implantation du pôle récréotouristique du Faubourg Richelieu, dont les plans sont en développement.

La mairesse Lavoie a indiqué que la municipalité comptait par la suite concentrer ses efforts sur le développement de son futur campus d’affaires, de l’autre côté de l’autoroute 20, dont le but est d’attirer des entreprises de type «industriel léger» et des sièges sociaux. Belœil a d’ailleurs obtenu en juillet l’autorisation de changer le zonage dans ce secteur, un dossier qu’elle travaillait d’ailleurs depuis 10 ans.

Stimuler la construction

Diane Lavoie a d’ailleurs indiqué que la Ville finalisait une stratégie pour inciter les propriétaires de terrains vacants à développer leur propriété. «On a déjà pensé [à des façons de] s’assurer que tout le monde suivent le développement économique. Le train passe, il faut embarquer dedans et ne pas attendre qu’on arrive dans une période creuse non plus.»

La Ville a d’ailleurs créé le poste de Coordonnateur au développement économique il y a deux ans, afin de faciliter l’implantation de nouvelles entreprises. Dans le but d’attirer de nouveaux investissements, la Ville avait d’ailleurs déjà adopté l’an dernier un congé de taxe de trois ans pour les entreprises dont la construction ou la rénovation de bâtiment excédait 1 M$.

Un crédit qui a d’ailleurs porté ses fruits, alors qu’Exceldor a d’ailleurs annoncé peu avant les Fêtes la construction d’un nouveau centre de distribution d’une valeur de 35 M$ dans le parc industriel. Le projet, dont la construction devrait s’amorcer ce printemps, occupera une superficie de 135 000 pieds carrés.

En 2016, le parc industriel avait également accueilli le nouveau siège social de 10 000 pieds carrés d’Accès Location, sur le boulevard de l’industrie. L’entreprise Mulligan, qui a rouvert ses portes au printemps dernier après un incendie il y a deux ans, a également profité de la reconstruction de son entreprise pour augmenter sa superficie de 16 000 à 36 000 pieds carrés. L’an dernier, les projets d’agrandissement et de nouvelles construction dans cette zone, d’une valeur de 6,9 M$, ont totalisé 3 456 m2 de nouvelle superficie de plancher.

Mont-Saint-Hilaire

De l’autre côté de la rivière, le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, indique privilégier d’abord une vision régionale, où Belœil jouerait un rôle important. La Ville a d’ailleurs acheté le dernier terrain industriel disponible à Mont-Saint-Hilaire afin d’y loger son futur garage municipal. Le maire a laissé entendre que les terrains laissés vacants en raison du déménagement pourraient trouver preneurs rapidement.

image