22 mars 2019
Le coût du stationnement
Par: Vincent Guilbault
Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Ne tombons pas dans la théorie politique. Dans mes meilleurs moments, je suis plutôt de tendance sociale démocratie/progressiste/gauchiste. J’ai donc une affinité avec l’idée de la social-démocratie et l’idée de communauté.

Je n’ai donc aucun problème à payer des impôts élevés et savoir que l’argent peut servir à des projets qui ne me concernent pas directement. Je n’inscris pas mes enfants au hockey, par exemple, mais ça me plaît de savoir que les municipalités utilisent une partie de mes taxes pour financer l’activité ou les parents qui décident d’inscrire leur enfant. C’est ça, le vivre ensemble.
Cette idée semble un peu plus mise à mal dernièrement et ça me tracasse un peu le tissu social intérieur.
Deux petits exemples. Une maman, lors d’une conférence de presse ce lundi, remerciait Leucan pour tous les services que l’organisme lui avait offerts pour l’aider avec son enfant malade. Le soutien moral et émotionnel, bien sûr, mais aussi le petit coup de pouce financier. Surtout, disait la mère, pour payer le stationnement de Sainte-Justine.
Je grince toujours des dents lorsque j’entends parler du coût d’un stationnement d’hôpital. Notre idéal social démocrate québécois un peu historique préfère refiler la facture du stationnement à la mère d’un enfant atteint d’un cancer plutôt qu’à la collectivité.
C’est ben le fun que Leucan amasse des dons et distribue l’argent. Chapeau! Mais ça ne serait pas un peu à nous de faire ça?
Autre exemple : les élus d’Otterburn Park ont décidé de prendre un virage utilisateur-payeur avec plusieurs services, comme les camps de jour ou les associations sportives. D’abord, bravo pour la révision des finances de la Ville. Les élus semblent donner un grand coup de barre qui était nécessaire pour éviter le gaspillage de fonds publics.
Mais d’un autre côté, je m’inquiète de voir cet esprit d’utilisateur-payeur se faufiler dans nos Villes. Si tu utilises la piscine publique, par exemple, il est normal que tu payes un peu plus pour son accès que ceux qui ne l’utilisent pas, non?
Ben… non, je dirais. Je n’utilise pas la piscine publique. Mais je suis content de contribuer avec mes taxes à offrir le service à ceux qui veulent l’utiliser. Encore une fois, c’est l’idée même du vivre ensemble, l’idée même de la social-démocratie.
Utilisateur-payeur, c’est la façon de faire « à l’américaine » pour leur système de santé. Certains économistes et chroniqueurs plus à droite vont défendre ce modèle en parlant de valeurs comme la liberté individuelle. C’est une façon de voir. Je n’aime pas ben ça.

image