17 décembre 2020
Le Club de golf abat des arbres morts sans permis
Par: Sarah-Eve Charland

Plusieurs frênes ont été abattus sur le terrain du golf. Photo Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Le Club de golf Belœil a abattu plusieurs arbres sans avoir demandé au préalable un permis. Il recevra ainsi deux constats d’infraction de 896 $ et de 1296 $ chacun.

Publicité
Activer le son

Le Club de golf explique ces coupes de frênes comme de la maintenance. « Chaque année, en fin de saison, le Club de golf procède au nettoyage et à la taille des arbustes et à l’élimination des arbres ou bois morts », soutient le porte-parole Steve Flanagan.

Selon ce dernier, étant donné la largeur de diamètre des troncs (entre 4 et 6 pouces) des arbres morts, il n’était pas nécessaire de demander un permis auprès de la Ville. « Ce sont des arbres morts. Il y a eu des efforts qui ont été faits pour les soigner. On ne peut pas douter que le Club prend soin de son espace vert. »

Le règlement de la Ville de Belœil stipule qu’un « propriétaire n’est pas tenu de déposer une demande de permis d’abattage ou de procéder à l’abattage s’il peut démontrer, au moyen d’un document reconnu, que son frêne a été traité contre l’agrile du frêne durant l’année en cours ou la précédente. » Dans ce cas-ci, la Ville n’a pas été tenue au courant.

M. Flanagan affirme toutefois que le Club de golf a mal interprété le règlement touchant les arbres en zone riveraine. « L’interprétation qu’on en faisait était qu’on n’avait pas besoin de permis. C’est une erreur. »

La Ville de Belœil confirme avoir reçu une plainte sur la coupe des arbres. Une inspection a été réalisée il y a deux semaines. Selon les constatations de la Ville, les arbres abattus étaient effectivement des frênes morts. L’équipe de L’ŒIL a fait une demande pour obtenir une copie du rapport de l’inspection confirmant l’essence des arbres, mais elle était toujours en attente de cette copie au moment de mettre sous presse.

Aucune demande de permis n’avait été toutefois déposée à la Ville.« Certains arbres étaient effectivement situés en bande riveraine. Il est permis de faire ce type de travaux en bande riveraine; cependant, une autorisation de la part de la Municipalité est requise », ajoute la porte-parole de la Ville de Belœil, Émélie Trinque.

Toute personne morale qui contrevient au règlement peut s’exposer à une amende qui peut varier entre 1000 $ et 2000 $. Dans le cas du golf, le montant des deux amendes s’élève à 2192 $.

Le Club de golf affirme que des arbres, dont des chênes, seront plantés au cours de la prochaine année afin de compenser ces pertes. La Ville l’exigera aussi afin de faire respecter son règlement municipal qui oblige les propriétaires à remplacer tout frêne abattu par un arbre indigène.

image