8 mars 2018
Mont-Saint-Hilaire
Le chef de Vision Citoyenne quitte le navire
Par: Denis Bélanger

Jean Pierre Bessette II.

Ayant vu le jour peu de temps avant les dernières élections municipales, le parti politique de Mont-Saint-Hilaire Vision Citoyenne perd son chef et fondateur, Jean Pierre Bessette II.

Ce dernier dit quitter la vie politique pour éviter des ennuis à bien des citoyens et organisations, une explication accompagnée d’une flèche dirigée à l’endroit du maire Yves Corriveau. «L’attitude du maire envers notre représentant élu, le parti et toutes les associations sur lesquelles je siégeais font en sorte que les citoyens y perdent. L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) en est un exemple.»

Notons qu’à la suite des élections municipales, l’ACMSH n’a plus de membre désigné sur le comité de la zone A-16. Bien que M. Bessette siégeait au comité exécutif avant de se lancer en politique, le maire Corriveau a toujours justifié le retrait du siège par un commentaire «déplacé» dit par le président, Pierre Nault.

Bien qu’il ait fondé le parti, Jean Pierre Bessette n’avait sollicité qu’un poste de conseiller; c’est Luc-André Matte qui avait représenté Vision Citoyenne à la mairie. Un seul des six candidats du parti a été élu, soit Louis Toner, ancien représentant de l’ACMSH. M. Bessette avait pour sa part été battu par l’élu sortant d’Avenir Hilairemontais, Jean-Pierre Brault.

Assemblée de parti
On ignore pour l’instant qui prendra la tête de la formation politique. Une assemblée doit avoir lieu le 17 mars. Le conseiller Louis Toner a souligné le travail de M. Bessette et regrette son départ.
«Il a su donner des couleurs et une image actuelle au parti grâce à ses talents d’artiste. Son audace m’aura permis de faire mes premiers pas en politique municipale et de représenter fièrement les citoyens du district 6. Je lui souhaite bonne chance dans ses nouveaux projets. Maintenant, il est temps de donner une nouvelle direction au parti et de le recentrer sur sa mission et son essence.»

De son côté, Jean Pierre Bessette veut se concentrer à la mise sur pied d’un organisme pour la défense de la culture au Québec. Selon lui, l’idée lui est venue entre autres de la vision du maire sur le sujet. «Il y a du travail pour remettre la culture québécoise à niveau.»

D’anciens amis
Rappelons que la dernière campagne a notamment été teintée d’amertume et d’animosité. Jean-Pierre Bessette avait été le directeur de campagne d’Yves Corriveau en 2013. Mais la relation d’amitié entre les deux s’est brisée quelques années plus tard, à la suite de l’étude d’un dossier par le comité de circulation et de sécurité sur lequel siégeait M. Bessette. Les deux côtés se sont évidemment échangés des critiques pendant l’automne.

Yves Corriveau a bien voulu réagir aux propos de M. Bessette. «Je le connais depuis longtemps. Partout où il est passé, il démissionne rapidement. S’il était vraiment sincère dans ses propos, toute personne censée resterait en place pour combattre ça (attitude méprisante). Il a perdu, mal paru et agit en mauvais perdant.» n

image