2 avril 2020
Première année d'opération
Le centre aquatique de Beloeil enregistre un déficit
Par: Sarah-Eve Charland

Le centre aquatique de Belœil a ouvert ses portes le 11 mai 2019. Photo gracieuseté | Ville de Belœil

Le Centre aquatique de Belœil a enregistré un déficit de 162 858 $ pour l’année 2019. La pénurie de main-d’œuvre et le retard lié à l’ouverture de l’établissement auraient causé ce déficit, selon les justifications de SOPIAR données à la Ville de Belœil.

Publicité
Activer le son

En séance du conseil du 23 mars, les élus ont autorisé le paiement de la facture remise par SOPIAR. Selon ce document, le déficit s’élève à 162 858 $. La gestion de la piscine Réal-Vinet a permis d’enregistrer un surplus de 19 754 $ qui a été déduit de la facture. Avec les taxes, la Ville de Belœil a donc versé un montant de 164 533,82 $ à SOPIAR.

Selon le protocole d’entente signé entre SOPIAR et Belœil en novembre 2018, SOPIAR s’engage à fournir la justification des écarts au budget. À la suite de l’approbation par l’administration municipale, la Ville doit émettre un paiement équivalent au déficit. Dans le cas contraire, SOPIAR se doit de signer un chèque à la Ville.

Le centre aquatique devait ouvrir ses portes le 1er février 2019, mais a plutôt été fonctionnel le 11 mai. Du 11 au 20 mai, les citoyens avaient accès aux bains libres seulement. C’est à partir du 21 mai qu’une session réduite de cours a été offerte avec un faible taux d’inscription. Par la suite, la Ville a fermé les installations pendant deux semaines en juin pour permettre à l’entrepreneur de régler plusieurs problèmes techniques. Les activités ont repris uniquement en juillet. Ces retards ont donc entraîné des pertes de revenus.

Le déficit a aussi été causé, selon la Ville, par la pénurie de main-d’œuvre. SOPIAR a offert une session de cours pour enfant à l’automne au lieu de deux. Plusieurs périodes de bain libre ont été annulées par manque de personnel.

« On estime donc que seulement 75 % du calendrier prévu a pu se matérialiser et la gestionnaire a eu peu de contrôle sur les évènements. Sommairement, on enregistre une perte de plus de 35 000 $ au niveau des bains libres et de plus de 185 000 $ au niveau des cours. […] SOPIAR a tout de même réduit ses dépenses de plus de 78 000 $ pour réduire le déficit », explique la porte-parole de Belœil, Caroline Nguyen Minh.

Le protocole d’entente stipule que Belœil versera un montant de 350 000 $ en excluant les taxes sur une base annuelle pour la gestion du centre aquatique. En 2019, la Ville a ajouté un montant de 57 487,50 $. Dans la résolution, les élus mentionnent que ce montant a pour objectif de compenser la première session de cours qui n’aura pas lieu. Le service des communications a toutefois mentionné que ce montant correspondait au paiement des honoraires 2018 pour la préparation et l’embauche du personnel, le montage des formations, la négociation des contrats de fournitures, puis la préparation des programmations et des inscriptions.

Au moment de mettre sous presse, il a été impossible de joindre les gestionnaires de SOPIAR.

image