25 mai 2018
Le cannabis: un atout pour nous tous?
Par: L'Oeil Régional

Contrôler la qualité et réduire les risques, encadrer la vente et limiter le marché noir, informer la population plus efficacement, ce sont là les objectifs du projet de loi déposé par le gouvernement de Justin Trudeau et visant à légaliser l’usage de cannabis à des fins récréatives. Cette initiative a-t-elle le potentiel d’améliorer la société dans laquelle nous vivons? J’ai la certitude que oui. Non seulement est-ce que la taxation de cette nouvelle industrie enrichira la collectivité, cette dernière n’a rien à craindre et la société ne sera pas moins en sécurité.

Tout d’abord, il faut se rendre compte que les chiffres parlent d’eux-mêmes. La légalisation de la consommation récréative de cannabis créerait une source de revenus importante pour tous les paliers de gouvernement. L’État américain de Washington, qui a mis en place la légalisation il y a plusieurs années déjà, engrange maintenant des revenus annuels de 86 millions de dollars américains, soit environ 100 millions de nos Huards canadiens. Mais ce montant ne prend pas en considération les immenses économies en santé, les impôts non encaissés, la répression, la prévention la recherche. […] Cet argent, généré ou économisé, peut ensuite être réinvesti dans la société. […]
Ensuite, je suis d’avis que la légalisation ne pose que des risques négligeables à la société. À bien des égards, la légalisation serait en réalité plus sécuritaire que la prohibition. En effet, Ottawa s’est donné comme responsabilité, entre autres, d’établir des exigences rigoureuses envers les producteurs et de créer les normes de l’industrie naissante du cannabis, notamment en ce qui concerne la puissance du produit et l’interdiction de l’usage de certains ingrédients. Ainsi, le produit vendu chez les dispensaires autorisés serait plus sécuritaire que celui actuellement vendu sur le marché noir, car plus prévisible et de meilleure qualité. Certains avancent également que la légalisation attirerait plus de jeunes vers la consommation. Je crois que c’est faux, car le cannabis n’est pas difficile d’accès, même sous la prohibition actuelle, donc les jeunes qui souhaitent consommer le font déjà. De plus, le projet de loi promet deux nouvelles infractions criminelles : fournir du cannabis à un mineur et utiliser un mineur pour commettre une infraction reliée au cannabis, ce qui dissuaderait ceux qui ont accès au pot légal d’en fournir à des mineurs, ces infractions étant possibles de peines d’emprisonnement. Bref, il est faux de croire que la légalisation représente un danger pour la société et ses jeunes. […]

Félix-Olivier Lambert, école secondaire Polybel

image