1 février 2017
Laurent Duvernay-Tardif toujours attaché à la Gaspésie
Par: L'Oeil Régional
Laurent Duvernay-Tardif lors de la Traversée de la Gaspésie.

Laurent Duvernay-Tardif lors de la Traversée de la Gaspésie.

L’édition spéciale 15e anniversaire de la Traversée de la Gaspésie s’est conclue dimanche à Montréal.

Au départ du parc national Forillon, les participants ont peu à peu remonté le Saint-Laurent en navire de croisière pour se rendre jusqu’à la métropole. À la hauteur de Québec, le footballeur Laurent Duvernay-Tardif a rejoint le groupe pour les derniers jours de l’événement.

C’est que le jeune homme de 25 ans originaire de Mont Saint-Hilaire n’en n’est pas à sa première traversée, lui qui a déjà participé à l’aventure à deux reprises – à 14 et 16 ans – et qui en garde de très bons souvenirs. Lorsque son équipe, les Chiefs de Kansas City, ont baissé pavillon contre les Steelers de Pittsburgh en finale de division (défaite crève-cœur de 18-16), Laurent ne s’est pas trop fait prier pour empoigner ses skis de fond et aller franchir les derniers kilomètres de la TDLG.

« Je reviens plus tôt que prévu malheureusement, mais la bonne nouvelle c’est de pouvoir monter sur le bateau et faire les dernières journées de la semaine. Le sport, c’est super beau et ça rassemble les gens. Mais faire du sport en Gaspésie, qui est connue pour avoir une atmosphère extrêmement chaleureuse, ça crée des liens assez incroyables. J’étais jeune à l’époque quand je l’ai fait et malgré ça, je sentais tellement que je faisais partie de la gang avec les adultes et à quel point c’était le fun. Tout le monde se traite d’égal à égal pour faire du sport d’hiver, ensemble. C’est juste un bel événement dans des conditions extraordinaires. Tout le monde a du plaisir ensemble et les villages visités sont super chaleureux à notre égard. C’est ce que j’en retiens. »

Gaspésien d’adoption

Laurent Duvernay-Tardif connaît bien la pointe gaspésienne, pour avoir travaillé pendant cinq étés à l’École de voile Le Cormoran ou encore au Brise-Bise. Présentement, en parallèle de sa carrière professionnelle comme joueur de ligne offensive, il complète ses études en médecine. Il a d’ailleurs déjà fait l’un de ses stages à l’hôpital de Gaspé. Ses parents, François Tardif et Guylaine Duvernay, sont des amis de longue date de Claudine Roy, fondatrice de la TDLG et entrepreneure gaspésienne bien connue.

« Claudine est une très grande amie de la famille. Quand nous sommes partis un an en voilier dans les Caraïbes, elle était venue nous rejoindre. On se voit relativement souvent, mais elle est pas encore venue me voir à Kansas City jouer ma partie de football, mais elle va définitivement venir l’an prochain », laisse tomber le gaillard, sur un ton enjoué.

Laurent se fait d’ailleurs toujours un plaisir de revenir en Gaspésie pour profiter des grands espaces et de l’air salin. À chaque année, quand les camps du printemps se terminent au mois de juin, il se prend quelques jours de congé pour s’élancer sur les routes de la région et se diriger vers le bout du monde.

« Toutes les raisons sont bonnes pour moi d’aller à Gaspé. C’est vraiment la place où je peux relaxer et j’ai beaucoup d’amis qui sont là-bas, qui étudient à Montréal mais qui y retournent l’été. D’y être tout le monde ensemble c’est vraiment le fun.  Je suis un gars de plein air; tu peux aller faire de la voile, puis un BBQ, le lendemain remonter la rivière York ou te rendre à la rivière aux Émeraudes, aller à Percé le soir parce que y’a un band. Ou encore la scène musicale au Brise où tu rencontres des musiciens incroyables, le FMBM … c’est vraiment une belle atmosphère. »

Parlons sport

En septembre 2015, le quotidien Kansas City Star faisait un portrait élogieux de Laurent Duvernay-Tardif en le qualifiant d’homme le plus intéressant de la NFL, avant même son premier départ de la saison, et ce, pour ses accomplissements à l’extérieur du terrain. Depuis, il a acquis ses lettres de noblesse comme athlète sur la planète football pour son talent certain à protéger son quart-arrière Alex Smith. Il a grandement contribué aux succès de son équipe, qui a cumulé une fiche enviable de 12-4. Certains chroniqueurs le voyaient même au Pro Bowl, ayant été nominé parmi 65 autres joueurs de sa position pour y participer.

Ayant à cœur la promotion de l’activité physique et étant un exemple pour plusieurs jeunes athlètes, nous lui avons demandé au passage quel serait son message pour les footballeurs des Griffons qui rêvent de marcher dans les pas de l’un des rares Québécois à avoir atteint la grande ligue.

« Je voudrais souligner d’abord que le football est un sport incroyable. C’est une combinaison parfaite d’intensité physique et de stratégie. On a la chance dans ce monde que ce soit associé à l’école jusqu’à ce qu’on atteigne les niveaux professionnels, ce qui n’est pas le cas dans tous les sports. On doit définitivement capitaliser sur cette opportunité de pouvoir jouer au football tout en étudiant. Qu’on atteigne les pros ou pas, les carrières ne sont pas longues et il faut avoir un plan d’après-carrière. Il faut capitaliser là-dessus. » Avouons que le futur docteur pourrait difficilement être un exemple plus probant de ce qu’il affirme.

Et pour ceux qui se demanderaient sur qui Laurent Duvernay-Tardif miserait un 2$ pour le tant attendu SuperBowl de dimanche entre les Patriots et les Falcons, le principal intéressé vous conseille de miser sur … les Chiefs de 2018. C’est déjà fait.

À lire également:

Les Duvernay-Tardif ont le vent dans les voiles

Le ski de fond, une passion familiale

image