5 novembre 2018
Composition de Daniel Lessard
L’astronote interprété pour une cinquième fois
Par: Olivier Dénommée
Photo prise dans les locaux de Radio-Canada en 1983 lors de l’enregistrement original de L'astronote pour Les Beaux Dimanches.
Photo: Gracieuseté de Daniel Lessard

Photo prise dans les locaux de Radio-Canada en 1983 lors de l’enregistrement original de L'astronote pour Les Beaux Dimanches. Photo: Gracieuseté de Daniel Lessard

Composé en 1983, le concerto pour harmonica L’astronote est le fruit d’une collaboration entre le compositeur Daniel Lessard, résident de Belœil, le réalisateur radio-canadien Jean Savard et le fameux poète Raôul Duguay. Présentée pour la première fois en 1984 dans le cadre des Beaux Dimanches, l’œuvre en trois mouvements a depuis été jouée à quelques reprises, que ce soit à la Place des Arts, à Drummondville ou à Sherbrooke. L’Orchestre symphonique de Trois-Rivières l’interprétera le 3 novembre dans le cadre du concert Aux frontières du cosmos présenté à Trois-Rivières.

Le compositeur, lui-même issu du milieu du jazz comme contrebassiste et pianiste, a décrit son style d’écriture comme étant «plutôt américain par opposition aux compositeurs d’ici qui sont plutôt issus de l’école européenne». Quant au judicieux choix de l’harmonica comme instrument soliste, il considère que «l’harmonica illustre les sentiments qu’éprouve l’astronaute dans son voyage spatial». L’astronote se veut un «voyage à six milliards de kilomètres de la Terre» et une œuvre mettant en musique «les différentes étapes du cheminement spatial et intérieur du personnage», peut-on lire dans le descriptif du concerto de 26 minutes précédé d’un poème écrit spécialement par Raôul Duguay à sa création.

Une suite à venir?
Trente-cinq ans après sa composition, on découvre que L’astronote n’est peut-être que le début d’une trilogie. «Je songe à écrire la phase 2 de la trilogie symphonique, Le chant de la terre, qui serait jouée en première ici à Belœil à l’église Saint-Matthieu en collaboration avec le Chœur de la Montagne et l’Orchestre symphonique de Drummondville en fin 2019 ou 2020», confie le compositeur, qui espère obtenir une subvention pour concrétiser ce projet.
Le spectacle du 3 novembre sera l’occasion d’apprécier le talent de chef d’orchestre Adam Johnson ainsi que celui du soliste, l’harmoniciste Pierre Parent pour qui M. Lessard n’a que de bons mots. Le programme de la soirée inclut deux incontournables: Star Wars: Suite de John Williams et la suite Les Planètes de Gustav Holst. Le rendez-vous est lancé dès 20h à la salle J.-Antonio-Thompson (374, rue des Forges) à Trois-Rivières.

image