25 avril 2019
Mont-Saint-Hilaire
L’Association des citoyens joint la mobilisation contre la loi 122
Par: Denis Bélanger

Pierre Nault Photo Denis Bélanger | L’Œil Régional ©

L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) joint sa voix au regroupement de citoyens provenant de plusieurs villes du Québec qui dénonce les effets négatifs de la loi 122, qui a conféré plus d’autonomie aux municipalités. Ce regroupement organisera une manifestation le 25 avril, à Longueuil, à l’occasion de la visite du premier ministre François Legault.

C’est Huguette Therrien, une résidente de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui a initié le mouvement et approché le président de l’ACMSH, Pierre Nault, pour solliciter son appui. Mme Therrien craint que les promoteurs ait une trop grande mainmise sur le développement urbain avec cette loi déjà en vigueur.

L’ACMSH a été active entre autres dans le dossier de la zone A-16, dont les terrains vacants zonés résidentiels ont un seuil de densité de 21 unités de logement à l’hectare. L’ACMSH s’oppose aussi au développement de la rue Saint-Georges.

« Les citoyens de plusieurs villes sont inquiets, lance M. Nault. On veut justement restreindre la carte blanche que les élus municipaux ont avec cette loi. Nous ne voulons pas nécessairement bloquer les projets, mais les citoyens doivent être consultés. Il faut qu’il y ait obligation de référendum. »

Le regroupement de Mme Therrien a notamment envoyé une lettre en mars à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, pour faire part de ses arguments désapprouvant la loi 122. La lettre a été signée par plusieurs personnes, dont Pierre Nault, ainsi que par l’ancienne présidente de l’ACMSH, Carole Blouin.

« Nous avons été surpris et déçus, dans le contexte post commission Charbonneau, de l’adoption par le gouvernement libéral de la loi 122 d’autant que cette loi permet aux élus municipaux de retirer le seul pouvoir décisionnel des citoyens, le droit aux référendums municipaux, peut-on lire dans la missive. Nous avons cependant constaté que cette même loi réduit les contrôles gouvernementaux s’appliquant aux municipalités sans exiger en retour une plus grande imputabilité. »

À la manifestation du 25 avril, où François Legault présidera un cocktail de financement de la Coalition avenir Québec, les gens du regroupement espèrent pouvoir lui remettre en mains propres la lettre afin d’obtenir son appui.

image