4 novembre 2016
L’aréna André-Saint-Laurent à l’abri d’un nom corporatif?
Par: Denis Bélanger
L’aréna André-Saint-Laurent à l’abri d’un nom corporatif?

L’aréna André-Saint-Laurent à l’abri d’un nom corporatif?

OPINION. Je me suis posé la question la semaine dernière après avoir appris que le Centre sportif Gaétan-Boucher deviendrait pour au moins cinq ans l’aréna Olivier Ford.

Le centre sportif n’est pas privé, mais est géré par une corporation à but non lucratif. L’entente oblige toutefois le concessionnaire automobile à verser au moins 100 000$ pour la réfection et le réaménagement de certaines installations. Le nom du célèbre patineur de vitesse ne disparaîtra toutefois pas du paysage de l’aréna de Saint-Hubert puisque l’enseigne du Centre sportif Gaétan-Boucher demeurera sur le mur extérieur de l’aréna. Le quadruple médaillé olympique a lui-même donné son aval à ce projet

La nouvelle peut choquer les puristes. Mais pour les pragmatiques, c’est le meilleur moyen de financer des travaux. Un de mes collègues m’a d’ailleurs dit qu’il aimait mieux  avoir un bâtiment en bon état que de préserver un nom. Des arénas municipaux, qui abritent des clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, portent déjà le nom d’entreprise, comme c’est le cas à Rimouski et à Rouyn-Noranda. Mais la situation de cette dernière ressemble un peu à celle du complexe de Saint-Hubert. L’aréna de Rouyn-Noranda portait le nom du joueur Dave Keon avant d’être rebaptisée Iamgold, une compagnie minière. On a quand même trouvé une astuce. L’aréna fait du parti du Centre sportif Dave Keon.

L’ancien hockeyeur de la Ligue nationale de hockey, André St-Laurent, doit-il s’inquiéter que l’aréna de Beloeil porte un jour le nom d’une entreprise? La mairesse Diane Lavoie ne va pas jusqu’à promettre que cela n’arrivera jamais tant qu’elle sera en poste. Elle reconnaît que cette avenue n’a jamais été étudiée.

Il faut aussi mentionner que la municipalité a entrepris il y a quelques années, au coût de 2,5 M$, des rénovations majeures. D’autres travaux sont aussi à prévoir en 2017 dont  la réfection de la chambre des arbitres, ainsi que le changement des portes d’entrée, la réfection de la dalle de béton du garage et de l’entrée de la resurfaceuse.  

Je ne serais toutefois pas étonné de voir des noms corporatifs attachés à de nouveaux bâtiments. Cela dit, c’est mon interprétation. La mairesse a d’ailleurs tenu à me mentionner que la Ville fonctionne avec un comité de toponymie pour le nom des bâtiments.

Quelques exceptions dans le privé

@R :Évidemment dans les quatre ligues professionnelles majeures en Amérique du Nord, les noms non commerciaux sont rares. Sur 49 amphithéâtres qui hébergent une équipe de la NBA, de la LNH, ou les deux, 46 portent le sceau d’une entreprise. Les exceptions sont le Madison Square Garden de New York (Rangers et Knicks) le Palace of Auburn Hills (Pistons de Detroit) et le Joe Louis Arena (Red Wings de Detroit). L’an prochain, il n’y aura plus  que deux exceptions alors que les Red Wings prendront possession du flambant neuf Little Caesars Arena .

Dans la NFL, les domiciles des Raiders d’Oakland, des Bears de Chicago, des Chiefs de Kansas City, des Packers de Green bay, des Rams de Los Angeles, des Bengals de Cincinnati et des Falcons d’Atlanta ne portent pas encore la raison sociale d’une entreprise. L’an prochain, la liste sera réduite à six avec le déménagement des Falcons au Mercedes-Benz Stadium.

Le baseball majeur fait figure d’exception alors que seulement environ deux tiers (19) des stades ont des noms commerciaux.  On retrouve notamment dans le lot des exceptions encore les équipes d’Atlanta et d’Oakland. Notons que les As partagent le même domicile que les Raiders d’Oakland. De leur côté, les Braves auront aussi un nouveau domicile l’année prochaine, mais ce ne sera pas le même que celui des Falcons d’Atlanta.

Les autres exceptions sont les stades des Angels d’Anaheim, des Dodgers de Los Angeles, des Red Sox de Boston,  des Marlins de la Floride, des Nationals de Washington, des Orioles de Baltimore, des Cubs de Chicago, des Yankees de New York et  des Royals de Kansas City.

 

image