20 février 2020
Mont-Saint-Hilaire
L’ancien Telus bientôt vendu
Par: Denis Bélanger

À vendre depuis l’automne 2018, le bâtiment abritant autrefois les employés de Telus sur la 116 à Mont-Saint-Hilaire a été acheté. Photothèque | L’Œil Régional ©

À vendre depuis l’automne 2018, le bâtiment abritant autrefois les employés de Telus sur la 116 à Mont-Saint-Hilaire aurait enfin trouvé preneur. Une promesse d’achat a été acceptée et la transaction doit être ratifiée devant le notaire d’ici la fin de la semaine.

Au moment de mettre sous presse, on ne pouvait confirmer l’identité de l’acquéreur potentiel. Selon un agent immobilier impliqué dans la transaction, il s’agirait d’un entrepreneur connu. L’immeuble est évalué à un peu plus de 3 M$ et rapporte à la Municipalité un peu plus de 50 000 $ en taxes, selon les informations fournies par le registre foncier de Mont-Saint-Hilaire.

Le bâtiment appartenait à l’entreprise Charkylco inc. dont le principal actionnaire est l’Hilairemontais Georges Crête, depuis 2004. Le bâtiment s’est retrouvé sans locataire permanent à l’été 2018 lors du départ des employés de Telus. Les locaux ont toutefois servi l’automne dernier au directeur de scrutin de la circonscription de Belœil–Chambly pour les élections fédérales.

Le règlement de zonage oblige en cas de reconstruction un minimum de deux étages et permet un total de quatre étages pour une grandeur maximale de 16 mètres. En vertu du plan d’urbanisme durable, le rez-de-chaussée de tout nouveau bâtiment doit être consacré à des activités commerciales. Pour l’instant, le zonage ne permet que des usages commerciaux locaux et artériels, de la restauration, de l’hébergement, du divertissement ainsi que des services gouvernementaux et paragouvernementaux et des équipements sportifs et culturels. Soulignons que l’on retrouve de l’autre côté de la rue des bâtiments commerciaux hébergeant entre autres une pharmacie, une banque et une succursale de la SAQ.

Dans la mire du Groupe Sélection
Rappelons que le Groupe Sélection convoitait le site pour y construire une résidence pour personnes âgées de 116 unités et avait déposé l’automne dernier une demande au comité consultatif d’urbanisme (CCU). Les membres du CCU avaient donné un avis préliminaire favorable au projet, car il répondait aux objectifs du Plan d’urbanisme durable de la Ville. Mais l’initiative du promoteur devait respecter quelques critères, dont l’installation de liens piétonniers entre le bâtiment, le stationnement et les voies de circulation. L’entreprise aurait souhaité se soustraire de l’obligation d’avoir un usage commercial au rez-de-chaussée, mais les membres du CCU recommandaient aux élus de dire non à cette demande.

Au moment de mettre sous presse, le Journal ne pouvait pas dire si le Groupe Sélection était relié à la promesse d’achat.

 

image