25 juillet 2019
L’agilité canine séduit de plus en plus
Par: Sarah-Eve Charland

Le Club d’agilité Montérégie compte des chiens de tous les niveaux. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Le Club d’agilité Montérégie compte des chiens de tous les niveaux. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Le Club d’agilité Montérégie compte des chiens de tous les niveaux. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Le Club d’agilité Montérégie compte des chiens de tous les niveaux. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Le Club d’agilité Montérégie compte des chiens de tous les niveaux. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

L’agilité canine évolue constamment et attire ainsi de plus en plus d’adeptes. Alors que cette discipline s’adressait tout d’abord à l’élite, le Club d’agilité Montérégie, situé à Saint-Basile-le-Grand, a élargi son éventail de cours pour accueillir des profanes. Les résultats n’ont pas tardé à se concrétiser puisque les inscriptions se sont multipliées.

Le conseil d’administration a connu un vent de fraîcheur, croit la vice-présidente Francine Dessureault. « C’est une nouvelle façon de voir les choses, de dynamiser et de rendre ça accessible. Avant, la plupart des membres étaient des personnes qui avaient beaucoup d’expérience. On veut promouvoir le sport et le rendre accessible, attrayant pour le monde qui n’en a jamais fait. […] Pour moi, l’agilité, c’est comme de l’obéissance, mais dans le plaisir. Le chien joue en agilité », affirme-t-elle.

L’agilité attire d’abord les maîtres ayant vu des compétitions à la télévision ou ailleurs. Ils souhaitent faire faire quelques tours à leur chien. Mais avant de pouvoir traverser les différents obstacles, le chien doit apprendre une série de techniques. Au final, les propriétaires de chien décident de continuer pour renforcer leur lien avec leur chien.

« On voit que les chiens le savent quand ils réussissent quelque chose. Ils sont contents de nous faire plaisir », ajoute-t-elle.

Le Club d’agilité Montérégie offre maintenant 26 heures de cours par semaine. Il compte 65 membres. Il y a quelques années, il peinait à atteindre 50 membres.

L’instructrice Lucie Dessureault a commencé l’agilité canine il y a près de 30 ans. À l’époque, ça n’existait pas au Québec. Elle a dû se rendre aux États-Unis pour suivre des cours. Au cours de sa carrière, elle a participé à plusieurs compétitions internationales.

« Quand ça a commencé au Canada, il y avait une compétition au Canada par année. Maintenant, tu as le choix de deux ou trois compétitions par fin de semaine au Québec. […] Chaque année, il y a de nouveaux adeptes. On a tous commencé avec un chien. On est tous rendus avec quatre ou cinq chiens. On ne peut plus s’arrêter à un. On est drogués », poursuit-elle en riant.

Une discipline pour tous

Cette discipline peut être pratiquée par toutes les races de chiens, assure Lucie Dessureault. Cette dernière enseigne depuis presque autant d’années qu’elle pratique l’agilité. « Les techniques d’enseignement ont beaucoup évolué. Avant, tout se faisait avec la marche au pied sur les obstacles. Maintenant, le chien travaille à distance. Le chien est autonome sur les obstacles. Le chien connaît le nom des obstacles », précise Lucie Dessureault.

Elle insiste : les chiens réfléchissent par eux-mêmes et détectent ce que leur maître souhaite. « On laisse le chien réfléchir. Le jouet et la nourriture, ce sont ses récompenses, mais il choisit de nous faire plaisir », mentionne-t-elle.

Dans les premiers cours, les chiots apprennent à comprendre ce qu’est un maître, une laisse, leur propre corps ou un autre chien. Ils apprennent aussi les virages, les lignes droites, à ne pas avoir peur des obstacles et du bruit, à garder leur concentration, ainsi que leur droite et leur gauche. Tous ces petits apprentissages permettront plus tard de traverser des parcours plus complexes.

« Les gens ne sont pas conscients qu’avec aucune expérience, le chien ne peut pas faire tous les obstacles. Il faut aller « a, b, c ». C’est comme la lecture. On lui apprend à lire. On lui apprend à faire les choses une à la fois », soutient Lucie Dessureault.

Le Club d’agilité canine organise plusieurs compétitions par année. Celle du circuit du Canadian Kennel Club du 3 au 4 août est notamment ouverte au public.

image