23 novembre 2018
Entente hors cour avec Jean-Guy Talbot
La Ville évite de payer
Par: Denis Bélanger

La Ville de Mont-Saint-Hilaire n’aura finalement rien payé à l’entrepreneur Jean-Guy Talbot, qui avait déposé en décembre 2017 une poursuite d’envergure de plusieurs millions visant près d’une cinquantaine de parties.

Les élus avaient accepté d’entériner au début octobre l’entente hors cours, peu de temps après que d’autres personnes visées par l’action judiciaire aient réglé l’affaire avec M. Talbot. La convention de transaction-quittance signée par le poursuivant le 22 octobre, dont L’Œil Régional a obtenu copie, retire aussi un énorme poids sur les épaules du maire actuel Yves Corriveau, de son prédécesseur Michel Gilbert, du cadre Bernard Morel ainsi que des anciens employés Nathalie Laberge et Jacques Drouin, tous visés par la poursuite.

On ignore toutefois encore le montant des honoraires versés à l’avocate, Me Martine Burelle, qui représentait la Ville, ainsi que les élus et employés visés. Le journal attend toujours la réponse à la demande d’accès à l’information effectué à cet effet.

Rappelons que M. Talbot est propriétaire de l’entreprise de développement immobilier P. Talbot, responsable du projet Le Boisé Ensoleillé, réalisé en 15 phases, comprenant environ 350 résidences. Le point de départ du litige se situait sur la réalisation de travaux d’infrastructures municipales pour certaines phases du projet résidentiel, qui ont été financés par l’entreprise de M. Talbot. La relation entre l’entrepreneur et la municipalité s’est envenimée à la suite de ces travaux. Dans la poursuite, l’entrepreneur alléguait entre autres que la Ville a changé le tracé des canalisations d’eaux pluviales pour permettre à un compétiteur d’accaparer illégalement une servitude dans les canalisations conçues et construites par M. Talbot.

image