26 juillet 2016
La Vallée se démarque en canoë-kayak de vitesse
Par: Denis Bélanger

Exclusivement composée de pagayeurs de la Vallée-du-Richelieu, l’équipe de canoë-kayak de vitesse de Richelieu-Yamaska a largement répondu aux attentes lors des Jeux du Québec de Montréal, notamment avec une récolte d’une médaille d’argent et deux de bronze.

Grâce aux multiples bonnes performances, la région s’est ainsi hissée au 5e rang du classement de la discipline. À Longueuil en 2014, Richelieu-Yamaska avait raflé deux médailles de bronze et terminé au 6e  rang de la discipline. L’entraîneur d’Otterburn Park, Antoine Laliberté, sur l’équipe il y a deux ans, est content de la progression de l’équipe. «Nous ne savions plus à quoi nous attendre cette année. De plus, nous ne pouvions demander mieux comme résultat.»

Sur le plan des performances, on retient notamment les exploits du petit frère d’Antoine Laliberté, Jean-Michel, qui est reparti du Bassin olympique du Parc Jean-Drapeau avec trois médailles. Il a remporté le bronze au C1 200m. En fait, il a terminé la course au 4e échelon, mais le détenteur de la troisième position a été disqualifié.
De plus, en compagnie de Raphael Picard (McMasterville) et de Lukas Synnott et Stélio-Patrice Ndjobo (Otterburn Park), Jean-Michel Laliberté a ajouté l’argent au C-4 200m et le bronze au C-4 1000m.

«Dans le C-4, Jean-Michel a poussé comme jamais. De son côté, Stélio, c’est un gars de kayak qui ne fait jamais de canoë, mais il a explosé. Raphael, lui aussi c’est un gars de kayak. Il part de loin et a connu une belle progression. Pour sa part, Lukas, le deuxième plus jeune de l’équipe, est un peu le héros obscur qui a fait preuve de leadership», commente Antoine Laliberté.

L’équipe était complétée par Anne-Sophie Caumartin (Mont-Saint-Hilaire) qui a notamment obtenu une 4e place en course individuelle ainsi que des Otterburnoises Raphaëlle Synnott et Audrey-Anne L’heureux, qui ont notamment décroché ensemble le 7e rang au C-2 200m. «Compte tenu de son âge et du calibre d’autres concurrentes, Anne- Sophie a connu une très belle course.  Audrey-Anne, elle est la plus jeune de l’équipe et n’avait pas des courses faciles. Elle poussait quand c’était le temps de le faire.  Pour sa part, Raphaëlle se trouvait elle aussi dans des bateaux pas faciles. Elle a démontré une super belle attitude», ajoute Antoine Laliberté.

image