5 décembre 2019
La Route 66 en Nissan, partie 1
Par: Marc Bouchard

La mythique Route 66 fait l"envie de nombreux passionnés d'automobiles. Photo Marc Bouchard

C'est au volant des Nissan Murano, Kicks et Altima que se fait la traversée de la Route 66. Photo Marc Bouchard

Tulsa, c’est la plus grande ville d’Oklahoma. C’est le siège d’une université magnifique, mais c’est aussi le cœur, et une étape importante, dans la traversée de la Route 66. Une traversée totale longue de quelque 4000 kilomètres, qui rejoint Chicago en Illinois à Santa Monica en Californie, et que tous les mordus d’automobiles rêvent de faire un jour.

Je l’avoue, le fait de parcourir la Mère de toutes les routes, la célèbre Route 66, fait partie de mes propres rêves depuis plusieurs décennies. Alors quand Nissan nous a lancé le défi de faire la Route 66 en groupe, je ne pouvais pas dire non (ce qui a un peu choqué Chérie, mais je ne pouvais pas laisser passer cette offre unique).

Résultat : en huit jours, nous franchirons la distance totale de la Route, explorerons les attractions automobiles les plus connues et aurons l’occasion de mettre à l’épreuve trois véhicules : la Nissan Altima, le Nissan Murano, et le plus petit Nissan Kicks. Ce dernier, plus urbain, se devait quand même d’être présent. Après tout, « get your Kicks, on Route 66 » (air connu) n’est pas qu’une simple rime de chanson.

Jour 1 – Chicago

Quand on pense à la Route 66, c’est Chicago, la Ville des vents, qui nous vient en tête. En plein centre-ville se retrouve le départ officiel de la mythique route qui menait, historiquement, les voyageurs vers l’ouest. De Chicago, notre première journée nous permettra d’atteindre Cuba, au Missouri. Des centaines de kilomètres de route, parsemés de longues sections sur autoroute en raison de la forte dégradation de la chaussée originale.

Au hasard des détours, on rencontre le Gemini Giant, une statue géante servant de promotion pour le restaurant Launching Pad, en place depuis le début des années 60. Et on traverse la ville de Jolliett, célèbre pour sa prison historique, mais aussi pour les Blues Brothers, dont on retrouve des statues partout.

Petit détail : aujourd’hui, le paysage de la Route 66 laisse entrevoir de nombreuses villes abandonnées et délabrées. Mais certains détails laissent perplexe. Par exemple, dans certaines localités, il existe encore des tunnels qui sillonnent sous la Route 66 pour laisser traverser les piétons. Aux belles années, le trafic était trop dense et les accidents trop nombreux.

Arrêt obligatoire à la Standard Oil Station, une des antiques stations rénovées, au pont Chain of Rocks qui marque la frontière entre le Missouri et l’Illinois, et à l’Arche de Saint-Louis, avant d’atteindre la première étape.

Jour 2 – Oklahoma

De Cuba, direction Tulsa, Oklahoma, en s’arrêtant à Uranus, une attrape-touriste qui n’est pas sans rappeler les fêtes foraines des années 60. Passage obligé aussi au musée des autos de la Route 66 à Springfield, Missouri, qui présente notamment une version originale de la Batmobile (une des huit reconnues pour la série) pour poursuivre jusqu’à Joplin et effectuer une pause au Dairy King Ice Cream, un commerce familial tenu depuis 93 ans!

Sur la route

En fait, ces attractions ne sont qu’une partie du plaisir. Car conduire pendant plus de 1200 kilomètres en deux jours au volant du Nissan Murano et de la Nissan Altima en fait aussi partie.

La première journée, en profitant du ProPilot Assist, un système de huit technologies de sécurité incluant le maintien en voie et le régulateur de vitesse intelligent, il était facile de rester concentré sur les nombreuses attractions qui ponctuent la Route 66. La voiture nous signale et nous ramène dans la voie à la moindre distraction.

Le lendemain, c’est au volant du Murano que nous avons exploré les collines du Missouri, du Kansas et de l’Oklahoma. On a pu en apprécier l’espace intérieur, mais aussi et surtout la puissance du moteur V6 3,5 litres qui développe ses 260 chevaux avec une certaine aisance.

Évidemment, il nous reste encore quelque 2800 kilomètres pour les tester davantage. Mais pour une première portion, il faut bien l’avouer, le confort et la conduite facile ont contribué au plaisir du voyage.

image