12 juin 2020
Nouvelle caserne à Saint-Basile-le-Grand
La Régie de sécurité incendie doit oublier la montée Robert
Par: Denis Bélanger

La caserne actuelle de Saint-Basile-le-Grand. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu (RISIVR) devra trouver un autre site pour construire une nouvelle caserne à Saint-Basile-le-Grand. La Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) a refusé de modifier le zonage d’un terrain appartenant à la Municipalité situé en bordure de la montée Robert.

Publicité
Activer le son

Le terrain visé en zone agricole était considéré comme le plus avantageux selon la RISIVR, car il aurait permis une couverture du périmètre urbain en 5 minutes et de l’ensemble de la ville en 10 minutes, tout en donnant un accès rapide aux principaux axes routiers. Sa position géographique aurait favorisé une meilleure desserte pour le côté sud de la voie ferrée, là où se situe 70 % de la population.

Le bâtiment aurait occupé 1200 mètres carrés sur un terrain d’une superficie de 5600 mètres carrés.

Mais le projet a suscité l’opposition de l’Union des producteurs agricoles (UPA) qui redoutait un effet d’entraînement pour d’autres usages non agricoles le long de la montée Robert et des impacts sur le territoire et les activités agricoles.

Pour sa part, la CPTAQ a finalement statué que la Ville de Saint-Basile-le-Grand avait échoué à démontrer le manque d’espaces hors de la zone agricole. La Commission a également suggéré des sites potentiels comme le terrain du garage municipal, ceux de l’aréna ou du parc près de l’avenue des Saules.

La RISIVR a réagi brièvement à la décision rendue par la CPTAQ le 27 mai. « Nous poursuivons nos efforts avec la Ville de Saint-Basile-le-Grand afin de trouver d’autres possibilités qui cadrent avec les besoins opérationnels et les enjeux de dézonage et d’aménagement du territoire », a déclaré par courriel le directeur Pierre-Damien Arel.

D’autres sites envisagés

Deux autres sites avaient été étudiés pour réduire les contraintes sur l’agriculture, dont celui de l’actuelle caserne. Comme cette dernière est située en plein cœur d’un quartier résidentiel, l’option a été écartée, car la sortie des véhicules d’urgence aurait été plus compliquée et la quiétude du voisinage aurait été compromise. Les responsables du dossier avaient aussi examiné la faisabilité pour deux lots vacants au nord du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, mais la localisation de la caserne à cet endroit ne permettait pas d’assurer une desserte efficace du territoire.

Une seule caserne construite

Rappelons que les effectifs de la Régie, formée en 2019 à la suite d’un regroupement de cinq services incendie pour desservir six municipalités, doivent être répartis en trois casernes seulement. Ce plan inclut celle à venir à Saint-Basile-le-Grand, celle de Mont-Saint-Hilaire construite en 2017 ainsi que celle à Belœil qui devrait être érigée en 2022. La Ville de Belœil avait dû également se tourner vers la CPTAQ pour construire sur l’ancien dépôt à neige sur le boulevard Yvon-L’Heureux, et le commissaire avait accepté la demande en avril 2019.

image