17 octobre 2019
La Régie de police accentue sa présence à Polybel
Par: Sarah-Eve Charland

La Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent a connu une hausse des interventions policières à l’école Polybel à Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Étant amenée à intervenir régulièrement à l’école secondaire Polybel à Belœil, la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent a dédié une ressource à raison de quelques heures par semaine à cette école afin de réduire le nombre de dossiers judiciaires auprès des élèves.

Lors de l’année scolaire 2017-2018, le corps policier a constaté une demande importante de ressources policières, que ce soit de nature sociocommunautaire, des patrouilles ou des enquêtes à l’école Polybel.

« C’est une hausse marquée, mais qui s’explique. La Polybel a des mandats particuliers au sein de la Commission scolaire comme d’accueillir des classes de trouble de comportement. Elle a différents membres de l’équipe-école qui peuvent supporter les exigences qu’amène ce type de classe. Il y avait aussi à certains moments des infractions criminelles pour lesquelles on était amené à intervenir.

Ce qu’on souhaitait faire, si on avait déjà des signes précurseurs de ces situations, c’est qu’on puisse agir en prévention afin qu’elles soient évitées le plus possible », explique le porte-parole de la Régie, Jean-Luc Tremblay.

Une policière se présente à l’école pendant deux demi-journées. Elle est donc disponible pour répondre aux questions des élèves et du personnel. Elle collabore aussi avec l’équipe-école dans la réflexion et la résolution de situations.

« On était plus spécialisés en matière légale que certains types d’intervenants dans l’école. On était complémentaires. […] Ça a favorisé la communication. Les élèves ont bien compris que la policière n’avait pas pour rôle de les piéger. […] C’est une opportunité qu’ils n’auraient pas prise autrement. Ça élimine des barrières », observe M. Tremblay

« Et nous, on y trouve notre compte en évitant la judiciarisation d’élèves et en évitant que les véhicules de patrouille en cours de journée soient toujours dirigés vers l’école pour éteindre le feu. On est là pour empêcher que le brasier prenne », ajoute-t-il.

Le projet pilote a été reconduit pour l’année en cours. Il est toutefois difficile pour la Régie de police de s’engager sur le long terme. Cette présence s’ajoute aux différentes interventions effectuées dans le cadre des programmes de prévention. La Régie rappelle également qu’elle est présente dans toutes les écoles secondaires par le biais de ses programmes de subvention et sur une base ponctuelle s’il y a des besoins. n

image