23 août 2018
La protection de la zone A-16 dans les priorités du candidat péquiste
Par: Denis Bélanger

Cédric G.-Ducharme a lancé officiellement sa campagne samedi dans le décor du mont Saint-Hilaire. Photo: Luc Giard

Le candidat péquiste dans Borduas, Cédric Gagnon-Ducharme, s’engage à contribuer activement au processus visant à protéger la zone A-16 de Mont-Saint-Hilaire et d’y empêcher un développement résidentiel intensif.

Situé dans le secteur chemin de la Montagne, la zone A-16 contient notamment des terrains vacants zonés résidentiels et les seuils de densité exigés par la Communauté métropolitaine de Montréal sont de 21 unités à l’hectare. Plusieurs citoyens craignent que la construction de bâtiments multilogements ne vienne diminuer la qualité de vie en alourdissant les embouteillages.

C’est ainsi que M. G.-Ducharme s’engage dès l’élection à appuyer une éventuelle demande la Ville de Mont-Saint-Hilaire pour faire reconnaître la zone A-16 comme paysage culturel patrimonial en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. L’aspirant député promet également de travailler sur le dépôt d’un projet de loi d’intérêt privé protégeant le pied des collines montérégiennes, groupe incluant le mont Saint-Hilaire. La plateforme électorale régionale du Parti québécois projette même de promouvoir les Montérégiennes en tant qu’attraits récréotouristiques tout en rehaussant leur protection afin de planifier un développement immobilier dans le respect de l’environnement.

Le candidat, aussi avocat, s’est montré toutefois prudent lorsqu’on a lui a demandé s’il croyait que la modification du statut légal protègerait la municipalité de représailles judiciaires de la part des promoteurs, préférant de ne pas avancer de réponse. Rappelons que les propriétaires des terrains à développer ont déposé l’automne dernier une poursuite au civil contre Mont-Saint-Hilaire. «Je ne connais pas le détail de la poursuite. Je ne peux pas m’avancer», a-t-il dit.

Aider les municipalités
Cédric G.-Ducharme veut également bonifier les enveloppes disponibles pour permettre aux municipalités d’acheter des terrains boisés et milieux naturels d’intérêt, ce qui permettrait d’étendre les aires protégées au pied des collines montérégiennes. Rappelons que la Ville de Mont-Saint-Hilaire a mis sur pied un comité pour évaluer la faisabilité d’acheter tous les terrains vacants.

Cédric G.-Gagnon précise toutefois que son parti n’était pas contre la densification, mais que cela devait se faire dans le respect de l’environnement. Lors d’une entrevue accordée en octobre 2017 à L’Œil Régional, son chef Jean-François Lisée s’était dit favorable à la densification urbaine en zone blanche.

Lancement officiel de campagne
Ces engagements ont été dévoilés samedi dernier, lors du lancement officiel de la campagne de M. G.-Ducharme, au Domaine de Cavel, en présence notamment du député de Verchères, Stéphane Bergeron. Le choix de la cidrerie pour organiser l’événement avait une fort symbolique aux yeux du candidat. C’était important pour lui de faire ça dans le décor de la Montagne et tout près de la zone A-16 étant donné ses convictions environnementales. «J’ai aussi grandi à un jet de pierre de cet endroit, ajoute-il. Je voulais démontrer que nous encourageons les artisans et producteurs locaux.»

D’autres engagements locaux et régionaux ont été énumérés, dont le prolongement de la voie réservée sur la 116, entre Saint-Bruno et McMasterville, le soutien de la création de la route verte du Richelieu, la révision du système de taxation et financement des municipalités ainsi que l’abrogation de la Loi 106 sur l’exploitation des hydrocarbures.
«Si le Parti québécois demeure aussi fort et pertinent aujourd’hui, c’est parce qu’il s’inscrit dans la vie des gens, dans leur réalité quotidienne. C’est un parti de citoyens qui osent, qui rêvent, et qui passent à l’action. Car c’est une chose de rêver, mais c’en est une autre de façonner ses rêves et de travailler fort afin qu’ils se réalisent», a-t-il renchéri.

image