25 octobre 2018
Légalisation du cannabis
La police compte sur le bon sens de ses employés
Par: Karine Guillet
photo: L'Œil Régional

photo: L'Œil Régional

Contrairement à d’autres services de police qui ont balisé strictement l’usage de cannabis chez leurs agents, la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent ne compte pas imposer de délai entre la consommation de cannabis et le quart de travail d’un employé.

Le capitaine Francis Lepage précise toutefois que la RIPSL souhaite un milieu de travail exempt des conséquences de l’alcool ou de la drogue. Les policiers ne pourront donc pas se présenter au travail sous l’influence du cannabis.
Si la Régie travaille encore à s’adapter à cette nouvelle réalité, le capitaine précise que cette adaptation ne se fera «jamais au détriment de la santé et de la sécurité de notre personnel et de la population que nous desservons». Il précise que la Régie compte sur le sens des responsabilités de ses employés pour s’assurer qu’ils soient aptes à exercer leurs fonctions de façon sécuritaire.
La porte-parole de la ville de Belœil, Caroline Nguyen Minh, avait indiqué à L’Œil Régional, la semaine dernière, que la réglementation concernant la consommation chez les policiers devrait être adoptée avant les Fêtes.
Jeunes contrevenants
Malgré la légalisation du cannabis, la loi ne permet tout de même pas aux mineurs d’en consommer. Questionné au sujet de l’orientation des policiers à cet égard, le capitaine Lepage précise que la possession ou l’achat de 5 g ou moins de cannabis chez les mineurs est passible d’une amende de 100 $ pour les jeunes de 14 à 17 ans. Au-delà du seuil de 5 g, il s’agit d’une infraction criminelle prévue au Code pénal. Il précise toutefois que ce sera aux procureurs de décider dans de pareilles situations s’ils souhaitent entamer des poursuites judiciaires.

McMasterville interdit le cannabis
Les élus de McMasterville ont décidé, lundi dernier, d’interdire la consommation de cannabis dans les lieux publics, tout comme la cigarette et la cigarette électronique. Cette interdiction s’appliquera aussi sur les pistes cyclables, les voies publiques et tous les autres lieux accessibles au public.
«Par cette règlementation, le Conseil municipal répond aux préoccupations exprimées par les citoyens à l’égard de l’usage du cannabis dans les lieux publics. Nous privilégions une approche prudente et nous suivrons l’évolution de la situation», a déclaré Martin Dulac, maire de McMasterville.
Le nouveau règlement interdit donc à une personne de consommer, mais aussi de préparer ou d’exhiber du cannabis ou ses dérivés dans les endroits visés. Il est aussi interdit de se trouver sous l’influence du cannabis sur la place publique.
Rappelons que les autres municipalités de la région n’ont pas adapté leur règlementation pour le moment. Il est donc possible de consommer du cannabis dans les lieux publics.

image