11 juin 2020
La pandémie fragilise la bannière SAIL
Par: Sarah-Eve Charland

SAIL de Belœil a été le premier magasin de la bannière à voir le jour. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Les contrecoups de la pandémie atteignent maintenant SAIL Plein Air inc., dont la première boutique a vu le jour à Belœil en 1981. L’entreprise s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) la semaine dernière.

Publicité
Activer le son

Les dettes de l’entreprise dépassent 100 M$. SAIL Plein air réunit 14 magasins au Québec et en Ontario ainsi que quatre Sportium. L’ensemble du réseau emploie près de 1800 employés.

L’entreprise a entamé un processus de restructuration visant à repositionner l’entreprise dans un environnement d’affaires exigeant dont les défis se sont accentués pendant la crise de la COVID-19, peut-on lire dans le communiqué émis par SAIL Plein air.

« Le commerce de détail vit, depuis plusieurs années, de grands bouleversements caractérisés, entre autres, par une augmentation des ventes en ligne et une concurrence accrue. Malheureusement, les conséquences de la pandémie, comme la fermeture des magasins pendant deux mois, ont ajouté une pression supplémentaire sur nos liquidités et notre santé financière. Cette situation nous force à prendre des décisions importantes pour assurer la pérennité de l’entreprise », explique le président et chef de la direction, Norman Décarie.

L’objectif de se placer sous la protection de la LACC est d’obtenir le soutien nécessaire à l’implantation d’un plan de restructuration et ainsi rétablir la santé financière de l’entreprise, ajoute-t-il.

« Cette décision stratégique constitue la meilleure avenue pour recentrer et poursuivre nos activités sur des bases plus solides. Notre centre de distribution 100 % dédié au commerce en ligne, inauguré en novembre dernier, témoigne de notre volonté de continuer à innover et de faire évoluer l’entreprise en accord avec le marché et les besoins des consommateurs », poursuit M. Décarie.

Les commerces ont pu rouvrir leurs portes depuis le 25 mai en suivant les directives de la santé publique du Québec. À la fin avril, M. Décarie avait notamment lancé un cri du cœur par le biais du journal La Presse en dénonçant que certains concurrents comme Walmart et Costco pouvaient poursuivre leurs activités contrairement à ses magasins.

La Presse a mentionné que l’entreprise fermerait tous les magasins Sportium ainsi que deux magasins SAIL en Ontario. Près de 500 personnes perdraient leur emploi.

image