7 février 2018
La météo sollicite davantage les cols bleus
Par: Karine Guillet

Le temps supplémentaires a explosé pour le déneigment en raison de la météo.

Les conditions climatiques particulières ont donné beaucoup de travail aux cols bleus de la région, dont le temps supplémentaire explose depuis le début de l’année.

Depuis le 26 janvier, les employés des travaux publics de Belœil compilaient 1292 heures de temps supplémentaire pour l’épandage d’abrasif, le déneigement, le soufflage et le transport de la neige. C’est deux fois plus que durant le mois de janvier 2017.
Les cols bleus de Mont-Saint-Hilaire ont cette année compilé trois fois plus de temps supplémentaire durant le mois de janvier qu’à pareille date l’an dernier, confirme la porte-parole Isabelle Marnier.
Citoyens mécontents
Depuis le début de l’année, les citoyens sont nombreux à critiquer le travail de déneigement dans certains secteurs de la ville. Plusieurs internautes ont d’ailleurs dénoncé le manque d’abrasifs dans les rues, rendant la chaussée glissante, même dangereuse à certains endroits. D’autres ont souligné que la piètre condition de la chaussée était particulièrement éprouvante pour les enfants en corridor scolaire non déneigé ou pour les personnes à mobilité réduite.
Selon la mairesse de Belœil, Diane Lavoie, les élus ont déjà pris connaissance des problématiques dans leur district et ont questionné les travaux publics. La semaine dernière, la Ville a d’ailleurs procédé à un épandage supplémentaire de pierres abrasives, même dans les rues dites blanches, où la Ville n’étend habituellement que du fondant aux courbes et aux pentes.
Cocktail météo
En réponse à un citoyen, la mairesse a soutenu que les conditions climatiques particulières compliquaient la tâche aux employés de la Ville. «C’est un hiver qui n’est pas facile pour les travaux publics. […] Avec les écarts de façon importante […], ce n’est pas facile parce qu’ils n’ont pas le temps de faire tout le territoire.»
Depuis le début de l’année, les températures avoisinant -20oC côtoient les températures au-delà de zéro. C’est en plus de la tempête de pluie et de neige du 12 janvier, où il est tombé 23,5 mm de précipitations en deux jours. La semaine passée, une tempête a aussi enchaîné la pluie et le verglas.
Plus d’heures de déneigement
Les opérations de déneigement ont particulièrement sollicité les cols bleus de Belœil, alors que ceux-ci ont cumulé 744 heures en temps supplémentaire au cours des neuf opérations de déneigement en janvier. L’an dernier, ceux-ci avaient dû sortir pour déneiger à six reprises, cumulant 309 heures de temps supplémentaire. Du côté du soufflage du chargement de la neige, les employés de Belœil ont cumulé 501 heures de temps supplémentaire durant les dix jours d’opération de cette année. L’an passé, malgré sept opérations similaires pour le premier mois de l’année, le temps supplémentaire pour cette tâche n’était que de 155 heures.
Les camions de la voirie sont également sortis à de plus nombreuses occasions pour l’épandage d’abrasifs cette année (11 occasions contre six en janvier 2017), même si les employés ont finalement compilé moins d’heures supplémentaires dans ce domaine.
Moins éprouvé qu’en 2016
La facture de temps supplémentaire s’avérera toutefois moins élevée pour décembre 2017 que décembre 2016, alors que les employés de Belœil ont cumulé 692 heures de temps supplémentaire malgré 22 jours d’opérations pour le salage, le déneigement et le soufflage de la neige. En 2016, ils avaient compilé 602 heures de temps supplémentaire en 26 jours d’opération.

image