12 août 2016
La merveille masquée
Par: Denis Bélanger
Bon ou mauvais perdant?

Bon ou mauvais perdant?

Depuis le début des Jeux olympiques, on n’arrête pas de dire que certaines performances vues à la télé peuvent faire de nouveaux adeptes d’un sport. C’est vrai. Mais il ne faut pas minimiser l’impact des émissions fictives et des films pour influencer les masses. Même moi j’ai voulu faire de l’athlétisme après avoir vu un épisode de l’un de mes dessins animés préférés.

Les exemples sont nombreux. Si le titre de meilleur film de boxe revient de l’avis de plusieurs à Raging Bull, Rocky peut se vanter d’avoir eu de plus grands effets dans la culture populaire.  Dites-vous que ce personnage fictif a sa statue au pied d’un musée d’art à Philadelphie. Alain Boismenu, propriétaire de Techno Boxe à Longueuil, s’est intéressé au noble art après avoir vu l’Étalon italien tenir tête au champion du monde Apollo Creed! Il n’est sûrement pas le seul. Quand j’avais 9 ou 10 ans, tous les garçons connaissaient Rocky, mais ignoraient qui était Mohamed Ali. Il faut dire que la coqueluche médiatique à l’époque fut toutefois Mike Tyson.

Raymond Mourad, un grand spécialiste du taekwondo qui a une académie à Montréal, s’est mis à vouloir donner des coups de pieds partout après avoir vu des films de Bruce Lee. Pour leur part, les frères Louis et Charles Jourdain se sont tournés vers les arts martiaux mixtes en raison du dessin animé Dragon Ball. Il paraît que c’est le cas pour tous les combattants de leur génération.
Pour ma part, j’ai été initié au monde d’athlétisme grâce à un épisode de Charlie Brown que j’ai vu pour la première fois en 1987 ou 1988. Je m’en souviens encore aujourd’hui.

Dans cet épisode, Charlie s’inscrit à une compétition scolaire du décathlon.  J’aimais bien ce concept de dix épreuves. Je trouvais ça «hot» les lancers du disque et du javelot ainsi que les sauts en hauteur à la perche. Aux premiers Jeux olympiques que j’ai regardés, j’avais hâte de voir le décathlon. À l’école, nous faisions quelques épreuves d’athlétisme. Malheureusement pour moi, on ne pouvait pas faire le lancer du disque ou du javelot pour des raisons de sécurité. Heureusement, je pouvais me rabattre sur le saut en hauteur.  

Merci Charlie Brown pour ton influence. Bon, cet épisode est aussi mémorable, car l’un des rivaux de Charlie est la merveille masquée, un soi-disant étudiant étranger qui est en fait le chien Snoopy. De plus, Charlie perd le concours de façon assez cocasse. Tout ce qu’il a à faire est de gagner la course pour remporter le décathlon. Un de ses entraîneurs lui conseille  de se fermer les yeux. Charlie mène cette course, mais les yeux fermés, il ne se rend pas compte qu’il sort de son couloir et du stade au lieu de franchir la ligne d’arrivée.

image