12 février 2018
La limite de vitesse enfreinte deux fois sur trois
Par: Denis Bélanger

Les conducteurs ont toujours le pied pesant sur Maureen malgré la présence d’une intersection surélevée. Photo: Archives

Près de deux tiers des automobilistes ne respectent pas la limite de vitesse de 40 km/h sur la rue Maureen, selon les données compilées lors d’une analyse de la circulation réalisée par la Ville de Mont-Saint-Hilaire. De plus, environ trois conducteurs par jour roulaient à une vitesse excessive à plus de 40 km au-delà de la limite permise.

L’étude, dont L’Œil Régional a obtenu copie par l’entremise de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, a été effectuée du 13 au 20 novembre. Des compteurs de trafic routier magnétique ont été installés sur les deux voies de la rue, entre la fin de Maureen et l’intersection de Saint-Pierre.

Sur les 4424 véhicules qui ont circulé dans l’une des deux directions, 2846 avaient une vitesse supérieure à 48 km/h. Ce sont 24 conducteurs qui ont dépassé la barre des 88 km/h. Les conséquences sont énormes pour les automobilistes qui se font pincer par les policiers. Six points d’inaptitudes sont attribués pour un excès de plus de 40 km dans une zone de moins de 60 km/h, et dix points pour 46 km au-dessus.

Parmi les autres fautifs, 1475 ont enregistré une vitesse se situant entre 48 et 55 km/h. S’ajoutent à cela 869 automobilistes qui ont roulé à une vitesse allant de 40 à 47 km/h.

Le volume de véhicules a été le plus élevé en direction sud-ouest (vers Otterburn Park) avec 3878 voitures contre 546 en direction nord-est (vers Mont-Saint-Hilaire).Rappelons que la rue Maureen est située à proximité de l’école primaire de l’Aquarelle.

Un plateau inefficace
Ces résultats confirment les prétentions du dernier compte rendu du Comité de circulation et sécurité (CCS), déposé en janvier, qui affirmait que l’intersection surélevée aménagée l’an dernier à l’intersection de Saint-Pierre et Maureen n’avait pas apporté les résultats escomptés. En effet, les conducteurs ont tendance à accélérer une fois l’intersection surélevée franchie.

Si plusieurs souhaitent voir se fermer l’accès entre Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park, où se continue la rue, les membres du CCS veulent d’abord prendre le temps d’effectuer une nouvelle étude au printemps. L’analyse de novembre avait été faite alors que les autres dispositifs de réductions de vitesse, soit des bollards et des brigadiers statistiques, avaient été enlevés pour la période hivernale.

Notons que le comité doit aussi soumettre en 2018 une recommandation pour l’adoption d’une politique de diminution de la vitesse dans l’ensemble des rues de Mont-Saint-Hilaire.

image