28 septembre 2020
La gymnastique conserve ses adeptes
Par: Denis Bélanger

Annie Michaud.

La pandémie de la COVID-19 n’a eu aucun effet sur les inscriptions au Club de gymnastique artistique de Belœil. Les places disponibles ont été comblées rapidement et des jeunes se retrouvent sur une liste d’attente, soulignent les responsables.

Publicité
Activer le son

L’entraîneuse-chef Annie Michaud reconnaît qu’elle ignorait à quoi s’attendre sur le plan des inscriptions. « La gymnastique a pu reprendre cet été et nous avons pu faire nos preuves. Je ne suis toutefois pas surprise que les parents nous aient fait confiance pour réinscrire leurs jeunes cet automne malgré le contexte de la pandémie. »

Les groupes sont passés de 12 à 8 athlètes, mais le club a pu ouvrir davantage de plages horaires pour les cours. La majorité des groupes ont commencé leurs activités, à l’exception du secteur enfance dont les séances doivent débuter le 17 octobre. Notons qu’il n’y aura toutefois pas de cours avec parents cet automne.

Ajustements

Selon Annie Michaud, aucun exercice de gymnastique n’est interdit. Il y a toutefois des restrictions pour le secteur récréatif où les contacts physiques sont interdits. « Il y avait des contacts pour les aider à faire correctement certains mouvements. Nous avons été confrontés quand même à cette réalité tout l’été et nous avons trouvé des trucs. C’est plus souple comme règle pour les groupes relève et compétitif. »

Le club assure que la désinfection se fait en toute sécurité et ne comporte aucun risque pour certains exercices aériens. « On désinfecte après chaque appareil et ça a ainsi le temps de sécher avant la prochaine utilisation », ajoute Mme Michaud.

Les parents ne pouvaient déjà pas assister au cours directement dans les locaux du club. Là, ils doivent déposer leurs enfants au Centre des loisirs et revenir les chercher à la fin du cours. De plus, les compétitions pour les groupes concernés ne commenceront pas avant janvier.

« Nous espérons pouvoir terminer cette année la saison, renchérit Mme Michaud. L’an dernier, il y a eu des déceptions reliées à l’annulation du spectacle de fin d’année. Nous avions néanmoins commencé à faire des cours virtuels dès le mois d’avril. Les filles étaient bien contentes de recommencer quand nous avons eu le feu vert. »

image