24 juillet 2019
Héroïne, cocaïne et armes à feu
La GRC arrête quatre hommes à Saint-Marc-sur-Richelieu
Par: Vincent Guilbault
Ugo Emmanuel Salvail-Gonzalez a repris le chemin du pénitencier à Sherbrooke, lui qui purge une peine dans un autre dossier.
Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Ugo Emmanuel Salvail-Gonzalez a repris le chemin du pénitencier à Sherbrooke, lui qui purge une peine dans un autre dossier. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Quatre individus de la région de Montréal ont comparu le mercredi 24 juillet au palais de justice de Sorel-Tracy pour faire face à des accusations de complot, de possession d’armes et de trafic de cocaïne et d’héroïne. Des perquisitions et des arrestations avaient été réalisées par la Gendarmerie du Canada (GRC) à Saint-Marc-sur-Richelieu, en novembre dernier, dans le cadre d’un démantèlement d’un réseau de trafic de fentanyl. Les policiers avaient mis la main sur des pistolets semi-automatiques, différents dérivés d’amphétamines, de la cocaïne et de l’héroïne.

Steven Sarti (33 ans), de Brossard, Ugo Emmanuel Salvail-Gonzalez (30 ans), de Montréal-Nord, Stephen Peter Jean Sewell (27 ans), de Longueuil et Dalobor Saric (29 ans), de Sherbrooke, sont passés devant le juge à 14 h avant d’être libérés avec plusieurs conditions, dont le respect d’un couvre-feu et un dépôt monétaire. Même s’il a obtenu une remise en liberté, Ugo Emmanuel Salvail-Gonzalez a toutefois repris la route du pénitencier pour une autre affaire en cours. Les individus doivent revenir en cour le 7 octobre prochain pour la suite des procédures.
Les quatre hommes font tous face à un chef d’accusation de complot d’extorsion pour avoir voulu obtenir de l’argent par le biais de menaces, accusations ou violence.
Sarti et Gonzalez font également face à plusieurs chefs d’accusation en matière de possession d’armes à feu prohibées et de possession de drogues dans le but d’en faire le trafic.

Dette de drogue
Selon la GRC, les quatre individus auraient comploté en vue de récupérer une dette de drogue s’élevant à 250 000 $ entre les 8 et 13 novembre 2018. Ils auraient convenu de faire feu sur une résidence afin de mettre de la pression sur des individus et accélérer le remboursement de la dette. Ils ont été interceptés juste avant de commettre leur geste. Sarti avait alors été arrêté puis accusé en raison de son implication dans des activités criminelles dans le cadre du projet Hackberry déjà en cours qui visait l’importation de cocaïne et de fentanyl.
En avril 2018, le Groupe fédéral des crimes graves et du crime organisé (GCGCO) de la GRC en Nouvelle-Écosse et l’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé (UMECO) à Montréal avaient ouvert une enquête ciblant le trafic organisé de fentanyl et de cocaïne entre Montréal et la Nouvelle-Écosse. L’enquête avait mené à l’arrestation de sept hommes et d’une femme et à la saisie de substances réglementées, d’argent, d’armes à feu et d’appareils électroniques.
À la suite des arrestations, des enquêteurs ont exécuté des mandats de perquisition à cinq endroits à Westphal, à Dartmouth et à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et à cinq endroits à Howick et à Saint-Marc-sur-Richelieu, au Québec.
Avec la collaboration de Jean-Philippe Morin.

image