19 septembre 2018
La Frite à Mathieu ferme ses portes
Par: Denis Bélanger

Le site de la cantine. Photo: Robert Gosselin

Le propriétaire du restaurant La Frite à Mathieu, Hugo Gendron, aura finalement épluché sa dernière patate. Il a dû fermer son commerce de Mont-Saint-Hilaire en raison d’un projet de développement et a décidé finalement de se réorienter.

M. Gendron avait annoncé en mars dernier la fermeture pour l’année de 2018 de son restaurant de Belœil après la vente de son bâtiment au promoteur immobilier de Mont-Saint-Hilaire BBC, qui veut revitaliser un quadrilatère du Vieux-Belœil.

Hugo Gendron louait depuis un peu plus de deux ans le local qui abritait auparavant la Cantine Mario Bernard depuis la fin des années 1990. Mario Bernard a vendu son bâtiment à une compagnie à numéro dont l’un des administrateurs est Léon Gosselin, le fondateur d’Axcan Pharma, qui a loué par la suite le bâtiment à M. Gendron. Ce dernier ne se sent aucunement trahi par M. Gosselin bien au contraire. «Mon épouse et moi le considérons comme un ami. C’était clair dès le début quand j’ai signé le bail qu’il y aurait un projet à cet endroit-là.»

La relance difficile
Hugo Gendron a évalué la possibilité d’ouvrir un autre restaurant ailleurs, mais a conclu que ça ne valait pas le coup. «On a de la difficulté à recruter de la main-d’œuvre. Il y a aussi à prendre en considération les coûts des loyers. On retrouve de plus en plus de nouvelles constructions dans la région et le loyer augmente en conséquence. C’était plus avantageux pour un petit commerçant de louer un bâtiment qui avait de l’âge.»

M. Gendron quitte le domaine de la restauration avec une certaine sérénité. «La Frite à Mathieu a évidemment été une grosse partie de notre vie. Mais j’ai déjà reçu des offres et je suis excité d’entreprendre de nouveaux projets», ajoute celui qui procède actuellement à la vente de ses équipements. Hugo Gendron s’était porté acquéreur de La Frite à Mathieu en 2006, commerce construit à Belœil dans les années 1980.

Quelques détails sur le projet
On connaît quelques détails sur le projet immobilier si ce n’est qu’il a déjà été soumis au Comité consultatif d’urbanisme (CCU) de Mont-Saint-Hilaire qui s’est montré favorable à deux occasions, à condition de modifier quelques points. Selon les documents de la municipalité, le projet consiste à la construction d’un bâtiment mixte avec des commerces au rez-de-chaussée et à 40 unités de logement. Le bâtiment de la cantine serait évidemment démoli.

Si la propriété appartient à l’entreprise de M. Gosselin, c’est une autre compagnie à numéro spécialisée dans la promotion résidentielle et autre service de publicité qui a entrepris les démarches auprès du CCU. L’entreprise est administrée par un autre résident de Mont-Saint-Hilaire, Cédric Gagnon. Ce dernier a confirmé que le dossier serait présenté prochainement à nouveau au CCU et a bon espoir que le projet sera enfin accepté, mais il n’a pas dévoilé plus de détails.

image