22 août 2018
La course électorale commence
Par: Karine Guillet
Le député sortant, Simon Jolin-Barrette. photo: François Larivière

Le député sortant, Simon Jolin-Barrette. photo: François Larivière

Le candidat du Parti Québécois, Cédric Gagnon-Ducharme (à gauche) avec le député sortant de Verchères, Stéphane Bergeron. photo: Luc Giard

Le candidat du Parti Québécois, Cédric Gagnon-Ducharme (à gauche) avec le député sortant de Verchères, Stéphane Bergeron. photo: Luc Giard

Le représentant du Parti Vert, Nicolas Gravel.

La candidate de Québec Solidaire, Annie Desharnais. photo: François Larivière

La candidate de Québec Solidaire, Annie Desharnais. photo: François Larivière

Le candidat conservateur, André Lecompte. photo: Gracieuseté

Le candidat conservateur, André Lecompte. photo: Gracieuseté

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, devait déclencher jeudi des élections générales, donnant le feu vert à une campagne électorale de 39 jours, la plus longue permise par la loi.

Les citoyens de la Vallée-du-Richelieu devront donc se rendre aux urnes le 1er octobre ou pendant des journées de vote par anticipation, les 23 et 24 septembre. Les électeurs peuvent également voter par anticipation au bureau du directeur de scrutin, les 21, 22, 25, 26 et 27 septembre.

Cinq candidats ont officiellement annoncé leur intention de courtiser les électeurs de Borduas. Alors que caquistes, péquistes et solidaires étaient déjà en mode séduction depuis quelques semaines, multipliant les sorties officielles, le Parti libéral du Québec n’a toujours pas de représentant dans le circonscription.

À l’annonce de sa candidature, le député sortant de la Coalition Avenir Québec, Simon Jolin-Barrette se disait toujours habité par la passion pour le service et l’engagement public. Au sein de sa formation politique, l’avocat de formation a été responsable de l’environnement, de la justice, de la réforme des institutions démocratiques, des affaires intergouvernementales canadiennes et de l’accès à l’information. Il s’est aussi vu récemment confier le dossier de la légalisation du cannabis.

Du côté du Parti québécois, un autre avocat, Cédric Gagnon-Ducharme, tentera aussi de gagner la faveur des électeurs. Originaire de Mont-Saint-Hilaire, M. G.-Ducharme est aussi président d’un OBNL en droit de l’environnement et détenteur d’une maîtrise en administration des affaires du HEC Montréal. Il a mené plusieurs luttes avec le Centre québécois du droit de l’environnement, combattant  devant les tribunaux le projet Énergie Est et le projet de port méthanier à Cacouna, et a lutté contre l’exploitation des gaz de schiste sur le territoire québécois.

L’orthophoniste Annie Desharnais représentera quant à elle les couleurs de Québec solidaire. Mère de cinq enfants, elle s’implique également dans la communauté de manière active par l’entremise de projets communautaires et environnementaux. La protection du territoire, la lutte contre l’exploitation des gaz de schiste, la valorisation de l’économie locale et la mise sur pied d’un programme de prévention 0-5 ans favorisant une équité pour tous feront partie des priorités de la candidate Annie Desharnais.

L’étudiant en sciences politiques Nicolas Gravel représentera pour sa part le Parti Vert du Québec. Il dit souhaiter améliorer l’offre de transport en commun afin de décongestionner la circulation routière, mais aussi pour réduire les gaz à effet de serre. Il souhaite aussi tesnir un forum citoyen une fois par mois.

L’homme d’affaires André Lecompte représentera pour sa part les couleurs du parti conservateur du Québec. Le résident de Sainte-Madeleine souhaite réduire la dette québécoise et les taxes aux contribuables. Il se décrit comme un homme ouvert et à l’écoute de ceux qui souhaitent faire une contribution positive.

Créée en 1992, la circonscription de Borduas comprend aujourd’hui Belœil, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Denis-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Antoine-sur-Richelieu, Saint-Marc-sur-Richelieu, Sainte-Madeleine, Sainte-Marie-Madeleine et Saint-Mathieu-de-Belœil. La circonscription comptait 56 553 électeurs en 2014.

Considérée comme un château fort péquiste, la circonscription avait toujours été représentée par un député péquiste jusqu’aux élections de 2014, où Simon Jolin-Barrette l’avait emporté sur l’ex-ministre Pierre Duchesne avec une majorité de 99 voix. Le taux de participation avait été de 76%.

image