15 novembre 2019
McMasterville
La construction d’un projet résidentiel à côté de l’église est commencée
Par: Denis Bélanger

L'ancienne résidence Belle-Rive est passée sous le pic du démolisseur le printemps dernier. Les travaux de fondation ont commencé dernièrement. Photo Denis Bélanger | L’Œil Régional ©

La construction d’un projet domiciliaire sur le site de l’ancienne résidence pour personnes âgées Belle-Rive, sur la rue Richelieu à McMasterville, vient de débuter et se terminera l’an prochain. Les propriétaires du site ont obtenu le permis de construction le 31 octobre dernier.

Bien que le règlement de zonage permet un usage mixte, le projet contiendra uniquement des espaces résidentiels, soit 16 unités de logement, ainsi qu’un stationnement souterrain. « Personne n’a soulevé des inquiétudes [concernant le fait] que les travaux d’infrastructures abimeraient le réseau existant », explique M. Dulac.

Rappelons que le site est voisin de l’église Sacré-Cœur-de-Jésus qui est maintenant reconnue comme un bâtiment patrimonial. La municipalité s’est assurée de donner certaines balises au promoteur grâce à un mécanisme réglementaire pour que le bâtiment, qui a déjà servi de presbytère, s’intègre harmonieusement au cadre bâti actuel. Certains citoyens ont partagé leur inquiétude par rapport à l’avenir de l’ancienne résidence Belle-Rive et l’impact visuel qu’aurait un bâtiment neuf dans le secteur.

« Nous pouvons exiger des matériaux similaires à ce qui est déjà construit, comme de la brique rouge. De plus, la ville a exigé que le bâtiment ne dépasse pas en hauteur le parvis de l’église dans le but d’assurer une visibilité sur la façade de l’église quand on circule sur la rue Richelieu, explique le maire. Il faut toutefois comprendre que bien qu’on demande d’utiliser des matériaux similaires, on ne tient pas à construire en 2019 le même type d’immeuble qu’on construisait en 1950. »
Le bâtiment a été vendu à l’été 2018 pour un montant de 600 000 $ à la Société de gestion Jarto de McMasterville. Les administrateurs sont Pierre Jarry, propriétaire de l’entreprise de construction portant son nom, et son fils Mark Jarry, de Jarry Gauthier Avocats. L’ancien propriétaire était une compagnie à numéro administrée par les résidents de Belœil Melven Chapados et Sylvie Aubry. Le bâtiment a été démoli le printemps dernier.

image