27 août 2020
Construction sur le Golf Belœil
La Chambre de commerce se prononce en faveur du projet
Par: Vincent Guilbault
La Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu pense que le projet du Golf Belœil peut avoir de bonnes retom- bées économiques pour la région.
Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Photothèque | L’Œil Régional ©

La Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) s’est positionnée en faveur du projet de construction d’habitations pour aînés sur une partie du terrain du Club de golf de Belœil.

Publicité
Activer le son

Rappelons que le Club de golf Belœil a conclu une entente avec les Habitations Mont-Royal concernant le projet de résidence qui permettrait à l’organisation de recueillir près de 8 M$. La vente du terrain est conditionnelle à l’obtention de toutes les conditions à la réalisation du projet, dont un changement de zonage. La demande de changement de zonage a été déposée le 17 juillet. Cette modification de zonage permettrait la construction de trois immeubles résidentiels à logements multiples à l’intersection du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier et de la rue des Chênes. Un total de 226 logements est prévu.
La CCIVR croit que le projet de vendre 5 % de la superficie de terrain permettra au Club de golf de Belœil, « un employeur important de la région et une entreprise bien implantée dans la Vallée-du-Richelieu depuis bientôt 100 ans », d’assurer sa pérennité. Une belle opportunité cohérente avec le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), proposant une solution proactive à une situation difficile et dont les retombées pourraient s’avérer bénéfiques pour de nombreuses entreprises sur notre territoire, ajoute l’organisme.
« Dans la foulée de la situation actuelle, nous sommes d’avis qu’un tel projet serait positif pour la vitalité économique de la région, au cœur même de la mission de la CCIVR. »

Revitaliser la 116
Selon la directrice de la CCIVR, Julie Larochelle, la Chambre a été interpellée par plusieurs de ses membres pour prendre position et elle a choisi de se positionner afin « d’éviter d’être instrumentalisée », puisque le débat sur l’avenir du Golf est polarisant. « C’est notre vision de l’extérieur, nous ne sommes pas impliqués dans le dossier. Mais c’est la mission de la CCIVR de veiller au développement économique de la région et de représenter les entreprises. Et une bonne proportion de nos commerçants sont dans le milieu du tourisme. Nous
avons donc émis notre opinion de notre propre chef. Nous croyons seulement qu’un tel projet pourrait être positif. »
Mme Larochelle cite notamment l’emplacement du Golf sur la 116. La cons- truction d’unités d’habitation pourrait attirer une clientèle pour les commerces de la 116, notamment pour le Mail Montenach. « Nous croyons qu’une telle proposition, si elle est acceptée, pourrait aider concrète- ment à la revitalisation de notre artère principale et ses commerces durement éprouvés par la pandémie, tant à Belœil que dans les municipalités limitrophes », mentionne Me Marie-Claude Duval, présidente de la CCIVR.
Malgré sa position, la CCIVR n’ira pas à l’encontre du souhait populaire qui se manifestera par le biais d’une consultation publique, cet automne. La CCIVR salue d’ailleurs l’initiative de la Ville de Belœil et attend avec intérêt la réponse des citoyens de la ville. Belœil a donné le mandat à Morin Relations publiques de tenir les consultations publiques. Les détails devraient être dévoilés sous peu.
Mme Larochelle ajoute toutefois que le projet doit bien s’imbriquer dans son environnement. « Il est primordial de s’assurer qu’un tel projet s’intègre bien dans la vision urbanistique future de la ville, tant au niveau architectural qu’au niveau de la circulation automobile. Et qu’il respecte également des valeurs d’écoresponsabilité, incluant la préservation de ses espaces verts et de sa canopée. »

image