2 mai 2018
Zone A-16 à Mont-Saint-Hilaire
La Chambre de commerce invitée à se prononcer
Par: Denis Bélanger
Vue aérienne de la zone A-16 et des environs. Photo: Gracieuseté.

Le Comité de suivi sur l’avenir de la zone A-16 (CAZA-16) demandera le point de vue sur ce dossier de la Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR), qui a d’ailleurs lancé récemment en ligne un sondage destiné uniquement aux membres de l’organisation demeurant à Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park.

Le sondage demande plus précisément aux membres d’indiquer s’ils sont en faveur de l’un des trois scénarios étudiés par le CAZA-16, soit l’acquisition entière des terrains vacants par la Ville pour éviter tout développement résidentiel, l’élaboration d’un plan particulier d’urbanisme qui permettrait un développement à un seuil de densité inférieur à 21 unités de logement à l’hectare ou la modification du statut légal de la zone. La CCIVR demande aussi à ses membres de se prononcer sur la possibilité d’une mixité des scénarios mis de l’avant, à partager leurs craintes vis-à-vis ces pistes de solutions ainsi qu’à proposer d’autres avenues.

Les membres du CAZA-16 rencontreront la directrice générale de la CCIVR, Julie La Rochelle, le 3 mai prochain. Des questions supplémentaires ont été posées à Mme La Rochelle pour préparer la discussion. Le comité veut savoir si l’organisation a des plans pour le secteur concerné, des études de marché et aussi si elle a reçu des demandes d’avoir plus de commerces dans le secteur. «La CCIVR nous a avisés qu’elle allait sonder ses membres en préparation de cette rencontre. Nous n’en savons pas davantage», a indiqué Hugo Mimee, la ressource externe embauchée pour coordonner le CAZA-16.

Sondage pour la population
Hugo Mimee rapporte de plus que le comité planche sur l’élaboration d’un sondage pour la population de Mont-Saint-Hilaire. On vise un lancement en juin. «Ce sondage permettra entre autres de guider les membres du comité sur différents sujets en tenant compte des attentes de la population», ajoute M. Mimee.
Depuis sa formation en janvier 2017, le CAZA-16 a tenu 19 rencontres, a rencontré 5 groupes d’invités, a fait 11 recommandations et a lancé 2 études.
Le comité est composé de conseillers municipaux, de citoyens et du directeur du Service de l’aménagement du territoire et de l’environnement.

image