6 septembre 2021
La cartographie des zones inondables bientôt mise à jour
Par: Denis Bélanger

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a entamé cet été les travaux pour actualiser la cartographie des zones inondables de la rivière Richelieu pour ses municipalités membres. Les dernières données à cet effet remontent aux années 1980.

Publicité
Activer le son

À la suite des inondations de 2017, la CMM, dont font partie plusieurs villes de la MRC de la Vallée-du-Richelieu, a créé le Bureau de projet de gestion des risques d’inondation (BPGRI) pour notamment revoir la cartographie.

De plus, le gouvernement du Québec a adopté en 2020 le Plan de protection du territoire face aux inondations, lequel prévoit la confection de nouvelles cartes de zones inondables basées sur la gestion du risque. Le gouvernement complètera ainsi la cartographie des zones inondables de la rivière Richelieu pour les municipalités hors territoire de la CMM.

Le processus de cartographie se fait en trois étapes principales. « Il y a d’abord l’analyse hydrologique, qui va mesurer les quantités d’eau arrivant sur l’ensemble du bassin versant. Après, il y aura l’analyse hydraulique qui consiste à voir comment l’eau va s’écouler sur le cours d’eau », explique Émilie Charbonneau, conseillère en recherche et chef d’équipe du bureau de projet de cartographie des cours d’eau locaux de la CMM. « Après, les spécialistes en géomatique vont représenter sur la carte les étendues d’eau sur le territoire. »

Les cartes de la CMM pour la rivière Richelieu devraient être complétées d’ici la fin de l’année. S’ensuivra un travail de validation. Une fois les cartes approuvées, elles pourront être enchâssées dans des règlements d’aménagement. « Les cartes seront évidemment disponibles au public. Elles permettront aux citoyens de connaître les probabilités que l’eau déborde sur leur propriété ainsi que les quantités selon plusieurs scénarios. Ça leur permettra aussi de voir si les routes environnantes sont inondées ou non », renchérit Mme Charbonneau.

De son côté, la mairesse de Belœil et préfète de la MRC de la Vallée-du- Richelieu, Diane Lavoie, estime que la mise à jour de la cartographie aura un impact significatif pour l’ensemble des municipalités du territoire situées aux abords de la rivière. « Les inondations survenues en 2017 et en 2019 ont démontré que la cartographie existante des zones inondables ne reflétait pas exactement les risques liés aux inondations. Une révision majeure s’imposait. Les changements climatiques viennent chambouler les variations des cours d’eau. […]Le milieu municipal pourra ainsi faire des choix éclairés quant aux mesures à adopter. »

image