26 avril 2019
La candidate libérale mise sur le bilan du gouvernement
Par: Sarah-Eve Charland

L’investiture de la candidate Marie-Chantal Hamel s’est tenue le 16 avril. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La Belœilloise Marie-Chantal Hamel a été investie comme candidate du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Belœil–Chambly pour les élections fédérales du 21 octobre. Fière de représenter le gouvernement actuel, elle estime que le bilan des quatre dernières années est de bon augure pour la suite des choses.

« Le travail est amorcé. Il reste des choses à faire. […] Historiquement, on n’a jamais mis autant d’argent pour les infrastructures que cette année. On est actuellement en attente du gouvernement du Québec pour les projets des localités. Les fonds sont déjà débloqués. Il reste juste à remplir les projets en tant que tels. On parle d’investissements majeurs. On a tout intérêt à travailler ensemble pour le bien-être de la population », déclare-t-elle.

Dans la circonscription Belœil–Chambly, les infrastructures routières figurent au sommet de ses priorités. « Je crois qu’il y a un grand travail à faire. […] C’est une circonscription où il y a beaucoup de construction, beaucoup de développement. Juste entre le recensement de 2011 et de 2016, on compte 6000 personnes de plus. On est rendus en 2019; on peut s’imaginer qu’avec toute la construction qui s’est faite, on s’en va encore vers plus de jeunes familles », ajoute-t-elle.

Elle estime que 14 360 familles dans la circonscription ont bénéficié de la bonification des allocations canadiennes pour enfants. En moyenne, les familles ont reçu annuellement 5000 $ chacune.

Impliquée en politique depuis longtemps

Depuis l’âge de 24 ans, elle baigne dans le milieu politique en travaillant au bureau de comté de l’ancienne députée de Bourassa et ministre des Communautés culturelles et de l’Immigration, Louise Robic. Elle a aussi travaillé pour l’ancienne députée d’Ahuntsic, Eleni Bakopanos, avant d’être engagée par le Parlement au Sénat canadien aux affaires internationales et interparlementaires.

Elle est aussi la copropriétaire et directrice du développement des affaires de la CDHP, une entreprise de gestion immobilière. Elle a aussi été gestionnaire du centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation au Centre intégré universitaire en santé et services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal de 2009 à 2018.

« C’est dans mon ADN. Je suis une personne née dans une famille où l’esprit communautaire est très important. Dès notre jeune âge, on était appelé à s’impliquer bénévolement et politiquement. […] Je veux être à l’écoute et m’assurer qu’il y ait des gens de la région autour de la table de décideurs à Ottawa. C’est important. C’est ce qui a mené à mon arrivée en politique », ajoute-t-elle.
Depuis juillet 2018, elle occupe la présidence de l’Association libérale dans Belœil–Chambly. « Depuis, on a remonté une super équipe. Je suis agréablement surprise de la mobilisation. Je suis une personne qui habite le comté, à Belœil. J’achète très local. Bien qu’on ait déjà une base militante, je voulais agrandir le rayonnement. »

Ses adversaires dans la circonscription sont le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, et le député sortant, Matthew Dubé, qui se présente sous les couleurs du Nouveau Parti démocratique (NPD).

image