3 août 2017
Rémi Landry toujours à la tête du Parti des citoyens de Belœil
«Je veux que les gens réalisent que la Ville est à eux»
Par: Karine Guillet

Rémi Landry. Photo:Archives

Candidat à la mairie aux élections de 2013, Rémi Landry compte de nouveau tenter de barrer la route à l’équipe de la mairesse sortante Diane Lavoie avec le Parti des citoyens de Belœil (PCB).

Ex-militaire et professeur à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, Rémi Landry suit de près la politique municipale depuis près de six ans . Se représenter à la mairie à la tête du parti qu’il a créé en 2012 s’inscrit pour lui en continuité avec le travail des dernières annés.

M. Landry soutient qu’il a les outils nécessaires pour faire une politique différente à Belœil, qu’il veut d’abord en collaboration avec le citoyen dans le meilleur intérêt de ce dernier. Pour lui un élu ne gouverne pas, il est au service de sa population.

«C’est un privilège d’être élu maire, mairesse ou conseiller. C’est un privilège de servir, pas une job. Tu es au service des citoyens, et ton monde doit tourner autour des citoyens», lance Rémi Landry, qui croit que les élus ne devraient pas faire plus de deux mandats.

Campagne d’idées

L’aspirant-maire dit d’entrée de jeu qu’il veut faire une campagne électorale d’idées plutôt que de personnalité. Il ne remet pas en doute le dévouement des élus actuels, mais Rémi Landry souhaiterait que les élus se penchent davantage sur certains dossiers avant de prendre une décision. Il donne en exemple le nouveau logo de Belœil. Il aurait souhaité que plus de citoyens aient l’occasion de faire valoir leur opinion avant qu’il ne soit adopté. Même constat pour la planification stratégique, à laquelle seulement 330 personnes ont participé, dont 95 employés municipaux.

« Les citoyens doivent être capables d’influencer même si les élus ont gagné majoritairement. Si on n’est pas pas capable de joindre les citoyens comme nous le faisons actuellement, creusons-nous les méninges et trouvons une manière différente.»

Projets

Sans dévoiler l’ensemble de sa plateforme électorale, Rémi Landry évoque en entrevue la nécessité pour Belœil de se doter d’une deuxième glace, de rendre accessible l’hôtel de ville, de sa volonté de valoriser la rivière, notamment en améliorant la piste cyclable sur Richelieu, et le retour du marché public, qui pourrait se faire sous forme de grande fête dans le parc du Petit-Rapide.

image