26 octobre 2020
Saint-Antoine-sur-Richelieu
Internet haute vitesse arrive en campagne
Par: Sarah-Eve Charland

Jean-Michel Allard a lancé l’entreprise Solufi à Saint-Antoine-sur-Richelieu. Photo gracieuseté

Après plusieurs années d’attente, la municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu peut enfin bénéficier d’un service internet haute vitesse partout sur son territoire. Deux Antoniens ont voulu remédier à la situation et espèrent agrandir leur entreprise pour couvrir plusieurs municipalités dans la région.

Publicité
Activer le son

L’entreprise Solufi, pilotée par Jean-Michel Allard et Camylle Messier, offre maintenant internet haute vitesse à Saint-Antoine-sur-Richelieu, Contrecœur, Calixa-Lavallée et Verchères. Elle vise aussi à desservir de Saint-Antoine à Belœil, en longeant la rivière. Ayant une expérience en sous-traitance pour de grandes entreprises de câblodistribution, les entrepreneurs ont voulu régler la problématique d’accessibilité à internet haute vitesse dans leur village, en plus d’entrer en compétition avec les grandes entreprises déjà présentes sur certains territoires.

L’entreprise a sept tours de télécommunication, mentionne M. Allard. « On a lancé l’entreprise avec aucune subvention. On a investi entre 150 000 $ et 200 000 $ au cours des deux dernières années. En ce moment, on est déjà rentable. On branche de 5 à 10 clients chaque semaine. Depuis un mois, on a un boom. On a 160 clients dans le coin de Saint-Antoine. »

Cette nouvelle réjouit la mairesse de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Chantal Denis. « Ça fait tellement longtemps qu’on attend. Ça n’aboutissait jamais. Je vois ça comme une belle opportunité. Il y a eu quelques tergiversations autant du côté du CCU [Comité consultatif d’urbanisme] qu’au conseil, mais c’est un service dont on a besoin à l’heure actuelle. »

Le CCU avait tout d’abord recommandé de refuser l’installation d’un tour de télécommunication sur un terrain résidentiel sur la rue du Rivage, jugeant que l’infrastructure ne s’intégrerait pas au caractère du secteur. La tour atteint la hauteur de 96 pieds, selon le procès-verbal de la Municipalité. Les entrepreneurs ont accepté de mettre en place des mesures d’atténuation visuelle, comme des arbres. Le conseil municipal a finalement accepté l’installation de la tour à cet endroit.

Après avoir incité les citoyens de la région à effectuer un test sur la performance des services internet, la MRC de la Vallée-du-Richelieu a permis de confirmer que le besoin d’amélioration des performances et de l’accessibilité de la haute vitesse est bien présent, affirme la porte-parole de la MRC, Ariane Levasseur. La MRC effectuera une relance en ciblant certains territoires en novembre.

Cette démarche visait à dresser un portrait des services afin d’acheminer des demandes de financement aux deux paliers de gouvernement supérieur.

« La MRC est en démarche afin de développer un partenariat avec des entreprises alternatives en télécommunications. Notre objectif est qu’un fournisseur dépose un projet dans le cadre du programme Régions branchées du ministère de l’Économie et de l’Innovation pour lequel un nouvel appel de projets devrait être annoncé bientôt », ajoute Mme Levasseur.

Le programme Régions branchées représente une enveloppe de 150 M$, dont les sommes seront distribuées dans un appel de projets.

image